BFMTV

1ere circonscription du Nord: le candidat FN éliminé appelle à voter pour le candidat "insoumis"

Eric Dillies

Eric Dillies - DENIS CHARLET / AFP

Dans une circonscription nordiste qui recoupe pour partie la ville de Lille, le candidat frontiste Eric Dillies a été éliminé dès le premier tour. Il a appelé à voter pour le représentant de la "France insoumise" qui, pour sa part, est toujours en lice.

Le candidat FN Eric Dillies, éliminé au premier tour dans la première circonscription du Nord, a affirmé lundi qu'il voterait pour le candidat de La France insoumise (LFI) au deuxième tour et invite ses électeurs à faire de même. "Je vais voter pour le candidat de La France insoumise dans la première circonscription du Nord et j'appelle mes électeurs à suivre mon exemple, même s'ils sont libres de faire ce qu'ils veulent", a affirmé Eric Dillies, confirmant une information de La Voix du Nord.

"La France a besoin d'avocats et non pas de procureurs"

Dans la première circonscription du Nord, qui s'étend en partie sur la ville de Lille, le candidat de La République en Marche (REM) Christophe Itier est arrivé en tête avec 32,61% des voix, devançant le candidat de La France insoumise, Adrien Quatennens (19,38%). "Je considère qu'envoyer un énième député" de La République en Marche, "ce n'est pas sain pour la démocratie et la république parlementaire. Je pense que la France a besoin d'avocats et non pas de procureurs", a expliqué Eric Dillies, chef de l'opposition FN à la mairie de Lille, qui a obtenu 10,89% des voix au premier tour. 

"Je ne suis pas d'accord avec tout ce que défend M. Quatennens, c'est évident, sinon je serais à La France Insoumise, mais les choses que nous avons en commun sont plus importantes que celles qui nous divisent parce qu'il y a urgence. Par exemple, je pense que la France n'a pas besoin d'un ajustement du code du travail tel qu'on le présente aujourd'hui", a-t-il précisé. 

Adrien Quatennens "sera plus utile aux Français que M. Itier qui suivra ses 400 ou 450 collègues", a conclu Eric Dillies. 

R.V. avec AFP