BFMTV

Législatives: les candidats pro-Macron face aux ténors de l'opposition

La République en Marche a investi des candidats dans les circonscriptions où se présentent Benoît Hamon, Nicolas Dupont-Aignan, Marine Le Pen ou encore Jean-Christophe Cambadélis.

La liste a été dévoilée ce jeudi après-midi. "La République en Marche!", le parti d'Emmanuel Macron, a annoncé avoir investi une première vague de 428 candidats aux législatives. Les 150 autres devraient suivre d'ici mercredi, en fonction des ralliements éventuels en provenance d'autres familles politiques.

Si certains n'auront pas de candidat "LREM" face à eux lors du scrutin des 11 et 18 juin, à l'instar de Manuel Valls, ce ne sera pas le cas pour d'autres figures du paysage politique français. Passage en revue de ces ténors qui devront batailler contre des aspirants députés pro-Macron.

Jean-Luc Mélenchon. Le leader de la France insoumise, qui a décidé mercredi de se présenter dans la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône, aura face à lui Corinne Versini. Patronne d'une PME, elle est la référente d'En Marche! en région PACA. En novembre 2016, elle confiait à Europe 1 n'avoir "jamais adhéré à un parti" avant de s'engager dans le mouvement d'Emmanuel Macron.

Marine Le Pen. La présidente du FN, finaliste de la présidentielle face à Emmanuel Macron, n'a pas encore précisé où elle compte se présenter pour le scrutin des 11 et 18 juin. Mais la rumeur la donne dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais, dans son fief d'Hénin-Beaumont, où elle a récolté 58,17% des voix au deuxième tour le 7 mai. La République En Marche! y a investi Anne Roquet, 45 ans, créatrice d'une entreprise spécialisée dans le rachat de crédits, selon La Voix du Nord.

Jean-Christophe Cambadélis. Le patron du Parti socialiste va devoir compter avec la candidature de Mounir Mahjoubi dans la 16e circonscription de Paris. Ex-soutien de François Hollande en 2012, qui le nomma président du Conseil national du numérique, le jeune trentenaire était directeur de la campagne numérique d'Emmanuel Macron.

Benoît Hamon. Dans la 11e circonscription des Yvelines, où le candidat malheureux du PS à la présidentielle se représente, le mouvement du président-élu a investi Nadia Hai, responsable du comité "Femmes en Marche avec Macron".

Nicolas Dupont-Aignan. C'est un pure politique que "La République en Marche" a investi dans la 8e circonscription de l'Essonne. Antoine Pavamani, ancien collaborateur de Manuel Valls à Evry, ex-chef de cabinet de Bruno Le Roux à l'Assemblée nationale et ancien conseiller de Jean-Marie Le Guen au ministère des Relations avec le Parlement, tentera de conquérir le fauteuil du président de Debout la France. Lequel pourrait être en difficulté, suite à son alliance avec Marine Le Pen dans l'entre-deux-tours de la présidentiellle.

Eric Ciotti. Caroline Reverso-Meinietti se présentera sous la bannière du parti présidentiel dans la 1ère circonscription des Alpes-Maritimes, actuellement détenue par le député Les Républicains, figure de l'aile droite de LR. Cette jeune niçoise de 31 ans, "jamais encartée" d'après Nice-Matin, est avocate pénaliste de profession. Elle fait partie des 14 premier noms de candidats à avoir été dévoilés par le mouvement d'Emmanuel Macron début avril.

Jean-Christophe Lagarde. C'est une vieille connaissance que va devoir affronter le président de l'UDI, qui n'a pas encore choisi entre sa mairie de Drancy et sa casquette de député de la 5e circonscription de Seine-Saint-Denis. Le parti d'Emmanuel Macron y a investi Malika Maalem-Chibane, ancienne conseillère municipale MoDem de Drancy devenue une opposante à Jean-Christophe Lagarde. Son fils, Hacène Chibane, avait tenté en 2014 de conquérir la mairie de Drancy avec le soutien du PS.

Jean Lassalle. Face au député sortant ex-MoDem, qui a lancé son mouvement "Résistons!" après sa candidature à la présidentielle (1,2% des voix), LREM a investi Loïc Corregé. Selon Sud-Ouest, il s'agit d'un ancien militaire âgé de 37 ans vivant à Bayonne. Jean Lassalle, député depuis 2002, n'a pas encore choisi s'il était candidat à sa propre succession ou non.

dossier :

Benoît Hamon

Ghislain de Violet