BFMTV

Le mensonge de Paul-Marie Coûteaux? "Pas très grave", pour Le Pen

La présidente du Front national Marine Le Pen, ce lundi soir, sur le plateau de BFMTV.

La présidente du Front national Marine Le Pen, ce lundi soir, sur le plateau de BFMTV. - -

La présidente du Front national, invitée ce lundi soir de BFMTV, a voulu minimiser le mensonge du "chasseur de tête" de son parti, pris en flagrant délit par des journalistes de Canal+.

Des fissures dans l'image de son parti? Invitée ce lundi soir, sur le plateau de BFMTV, à réagir sur les dérapages qui émaillent le FN, Marine Le Pen a préféré botter en touche. Deux candidats, Anne-Sophie Leclère et Jean-François de Brugière, qui comparent la garde des Sceaux avec un singe, ses propres déclarations sur les otages d'Arlit... La présidente du FN minimise. "Les recadrages, il n'y en a pas tous les jours, il y a aussi des problèmes au Parti socialiste..." Pour elle, ce qui compte, c'est "la manière dont on répond à ça."

"Nous, quand on a un candidat qui commet un dérapage, on le met à la porte", a-t-elle estimé. Elle clame même être favorable à l'exclusion du Front national d', une candidate qui avait comparé la ministre de la Justice Christiane Taubira à un singe, parce qu'elle "juge ses propos impardonnables".

Quant à Paul-Marie Coûteaux, le chasseur de têtes de la patronne du FN, qui a menti à des journalistes de Canal + en clamant qu'il avait obtenu deux nouvelles adhésions? "Je connais Paul-Marie, il essaie d'en faire toujours plus, il estime qu'il n'en fait jamais assez. (...) Il a voulu prouver plus parce qu'il y avait les caméras... Vous savez, les caméras, ça rend fou...", a estimé Marine Le Pen.

"Ouvrir le dimanche n'attire pas d'emploi"

La présidente du Front national est également revenue sur la question du travail le dimanche, alors l'ancien patron de La Poste Jean-Paul Bailly a rendu ce lundi ses pistes sur la questions. Marine Le Pen a ainsi estimé que "la loi ne pouvait s'améliorer" que si l'ouverture dominicale "était ouverte aux petits commerces".

"Ouvrir le dimanche, c'est donner un avantage à la grande distribution", a-t-elle ainsi estimé, "qui est déjà en situation de quasi-monopole". Pour elle, étendre l'ouverture dominicale "n'attire pas d'emploi", et les consommateurs "n'achèteraient pas plus parce que c'est ouvert" le dernier jour de la semaine.

M. T.