BFMTV

Christiane Taubira comparée à un singe: la candidate FN suspendue

Christiane Taubira lors d'une visite au tribunal d'Aix-en-Provence, le 11 octobre.

Christiane Taubira lors d'une visite au tribunal d'Aix-en-Provence, le 11 octobre. - -

Une candidate FN aux municipales a suscité une intense polémique après la diffusion d'un reportage dans "Envoyé spécial".

"Ce n'est pas raciste", assure-t-elle. Mais elle ne voit pas le problème de comparer la Garde des sceaux à un singe. Une candidate FN aux municipales à Rethel (Ardennes), Anne-Sophie Leclere, persiste et signe.

Interrogée dans le cadre d'un reportage d'Envoyé Spécial diffusé ce jeudi soir à propos d'un photomontage publié sur sa page Facebook mettant en parallèle un singe et Christiane Taubira, elle s'explique: "Franchement, c'est une sauvage. Quand on lui parle de quelque chose de grave (...), elle vous fait un sourire, il faut voir, un sourire du diable."

Mais qu'on se rassure, la jeune femme a "des amis qui sont noirs". Et d'ajouter "Un singe ça reste un animal, un noir c'est un être humain"...

Pourtant, en guise de conclusion, la candidate FN ajoute: "Je préfère la voir dans un arbre après les branches qu'au gouvernement."

Anne-Sophie Leclere a finalement supprimé le montage de son compte Facebook, explique le Huffington Post. La jeune femme, qui pose avec Marine Le Pen pour sa photo de profil a publié un petit message prévenant de son passage sur France 2.

Le reportage d'Envoyé Spécial, intitulé Les nouveaux visages du Front national, promettait de présenter les nouvelles personnes qui s'engagent en politique dans le sillon de Marine Le Pen avec comme question principale: "Ce parti a-t-il fondamentalement changé?".

Le FN a indiqué, dans un communiqué ce vendredi matin, qu'il suspendait la candidate après ses déclarations.

"Erreur de casting"

Réagissant à cette affaire, le vice-président du Front national, Florian Philippot, a assuré vendredi qu'une "erreur de casting" était toujours possible, mais que le FN la corrigeait avec une réactivité exemplaire.

"Nous l'avons évidemment suspendue. Elle n'est plus, aujourd'hui, tête de liste aux municipales et elle passera devant un conseil de discipline", a indiqué Florian Philippot sur BFMTV, avant de faire valoir la "réactivité" de son parti dans cette affaire.

"J'aurais attendu la même réponse rapide quand l'assistant d'un sénateur socialiste a qualifié Marion Marchéal-Le Pen", députée FN, "de conne et de salope", a-t-il également indiqué.

Libération de la parole raciste

L'épisode a suscité l'inquiétude à gauche, où l'on a vivement condamné les déclarations de la candidate FN.

"C'est très grave et très choquant", a déclaré François de Rugy, coprésident des députés EELV. "Ca montre qu'il y a une forme de libération en France - avec le FN évidemment, mais sans doute pas uniquement - de la parole raciste. Là c'est du racisme pur et dur".

Le premier ministre Jean-Marc Ayrault a lui exprimé sa "totale solidarité" envers Christiane Taubira, après qu'elle ait essuyé de tels propos.

Le Parti socialiste a pour sa part estiméque le FN, qui "se garde bien d'une condamnation sur le fond", n'a "pas changé".

Le Défenseur des droits écrit au procureur

Après les sanctions disciplinaires, l'affaire sera-t-elle porté devant la justice? Vendredi, le Défenseur des droits Dominique Baudis a écrit au procureur de la République de Paris. Il a attiré l'attention du magistrat sur ce qu'il a qualifié de "provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence".

V. D.