BFMTV

CAFE POLITIQUE - La renaissance façon Aubry, mensonge en flag' au FN

-

- - -

Chaque matin, BFMTV.com sélectionne pour vous le meilleur de l'actualité politique. Aujourd'hui, Martine Aubry programme la renaissance, un FN enregistre sans le savoir son propre aveu de mensonge, et NKM lance un concours photo pour son affiche de campagne.

La renaissance façon Martine Aubry

Faut-il sauver le soldat Hollande, au risque peut-être de lui porter ombrage? Martine Aubry a lancé dimanche sa "Renaissance", une "coopérative d'idées et d'action", explique le JDD.fr. La très populaire maire de Lille a commencé à rassembler sous son aile un "think tank" de penseurs, intellectuels, chefs d'entreprises, syndicalistes... et politiques.

"L'originalité de Renaissance, c'est la rencontre de tous ses acteurs, ce n'est ni une action politique, ni une action d'intellectuels. Le terme de Renaissance renvoie à une histoire européenne, à l'idée qu'on entre dans une nouvelle ère", décrit le sociologue Michel Wieviorka. Une nouvelle ère? Mais... sous l'impulsion du président François Hollande, ou malgré lui?

Flagrant délit de mensonge au FN

Cruelle vidéo pour le FN: dans un reportage diffusé dimanche dans "le Supplément" de Canal+, Paul-Marie Coûteaux a été pris en flagrant délit de mensonge. Chasseur de têtes autoproclamé du parti de Marine Le Pen, n'hésitant pas à rappeler qu'il a recruté son bras droit Florian Philippot, Paul-Marie Coûteaux veut donner dans l'effet d'annonce sur la liste FN à Brest: "Je pense que va faire partie de la liste du Rassemblement Bleu Marine un couple qui a été au RPR. Ils ont demandé la plus grande confidentialité".

Tant de mystère... mais pour qui? Hors caméra, parmi ses collaborateurs, Paul-Marie Coûteaux va se montrer bien plus disert... L'ennui c'est qu'un micro oublié sur sa veste va enregistrer son aveu: "J'ai fait du bluff encore, j'ai dit qu'on avait fait deux adhésions parmi lesquelles un ancien gaulliste très connu à Brest (...). J'ai raconté tout un baratin".

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéoLe Supplément du 01/12 - Paul-Marie Coûteaux

Concours d'affiches pour NKM

C'est une autre idée de la démocratie participative: ne sachant peut-être discerner quelle image la servira le mieux, Nathalie Kosciusko-Morizet a décidé de soumettre le choix de son affiche de campagne à un vote. Ainsi, jusqu'au 18 décembre, tout un chacun peut voter pour la photo de son choix parmi trois propositions. La photo gagnante sera utilisée pour l'affiche de campagne de NKM dans la bataille des municipales à Paris.

Le site photoagency.com accueille le scrutin, et répond ainsi au "pari de la co-création", selon les propres termes du site nkmparis.fr: "Nathalie Kosciusko-Morizet a voulu encourager la créativité d'une communauté de jeunes photographes et laisser les électeurs les départager". C'est donc cela: quelle que soit l'image retenue, NKM sait décidément soigner la sienne.

Bernard Marionnaud, parfumeur et candidat frontiste

"Dans la vie, il faut avoir le courage de ses opinions!" clame le parfumeur Bernard Marionnaud dans les colonnes du Parisien lundi matin. A 77 ans, le patron des parfumeries Marionnaud a décidé de se lancer dans la campagne des municipales à Clamart, dans les Hauts-de-Seine, comme candidat divers droite soutenu par le Rassemblement Bleu Marine.

Mais la politique n'a pas le parfum de la nouveauté pour Bernard Marionnaud, déjà candidat en 2001, où il avait obtenu 19% au 1er tour. Contacté par une Marine Le Pen en mal de têtes d'affiche, l'homme d'affaires s'est laissé convaincre: "Je n'étais pas d'accord avec Jean-Marie Le Pen, mais sa fille a vraiment fait évoluer son parti. Elle défend les valeurs de la France"... et sent moins le soufre, croit déceler le parfumeur.

Quand le FN prend des cours de gestion

De l'aveu -voilé- de Marine Le Pen, le FN a un problème: les villes placées sous son administration dans les années 90 ont été mal gérées. Selon Europe 1, le Front national a donc décidé d'envoyer Bastien Doutrelant, un véritable coach en finances locales à Tarascon, pour former les candidats FN aux municipales. Mais la matière est aride, et la motivation fluctuante: "Ce n'est pas la partie la plus sympa du boulot, c'est chiant. Mais bon, il faut s'y mettre", témoigne Julien Sanchez.

Ils sont ainsi une vingtaine de candidats frontistes venus suivre des cours de gestion, dans l'espoir de devenir plus crédible en matière de deniers publics. Le coach les a prévenus: "Soit Marine Le Pen sera légitimée parce que vous avez bien géré les villes, soit elle sera délégitimée parce que vous les aurez mal gérée. Vous êtes les moyens de la crédibilisation du parti, en vue des élections présidentielles".

dossier :

Martine Aubry

Alexandre Le Mer