BFMTV

Le bureau politique du FN désapprouve les propos de Jean-Marie Le Pen

A quelques heures de la réunion du bureau exécutif du FN qui doit se prononcer sur d’éventuelles sanctions contre Jean-Marie Le Pen, le bureau politique du parti se réunissait ce lundi. Les membres du bureau ont décidé de rejeter les propos polémiques de Jean-Marie Le Pen, "contraires" aux valeurs du parti. 

Le bureau politique du FN prend ses distances avec Jean-Marie Le Pen. Un mois après l’interview du fondateur du parti au journal Rivarol, le bureau politique a fait savoir par un communiqué officiel "désapprouver les propos tenus et réitérés par Jean-Marie Le Pen". Le président d’honneur du parti avait notamment repris ses déclarations sur les chambres à gaz, qu’il considère comme un "détail" de l’histoire. Il avait également critiqué la démocratie comme système politique et pris la défense du maréchal Pétain.

Le bureau politique, qui comprend une quarantaine de cadres du parti, dont Jean-Marie Le Pen, se dit attaché à la "liberté d’expression constitutionnellement reconnue" mais "ne saurait accepter toutes les opinions". Le conseil tient par ailleurs à réaffirmer son "indéfectible attachement à la ligne politique" de Marine Le Pen.

Des propos qui "ne peuvent engager le Front national"

Le bureau politique se range clairement derrière sa présidente, en guerre ouverte contre son père. Après sa dernière provocation vendredi, en montant sur scène pendant le discours du 1er mai de Marine Le Pen, cette dernière a ce week-end dénoncé l’attitude "méprisante" de son père. La présidente du Front national souhaite désormais que son père ne puisse plus s’exprimer au nom du Front national.

Le bureau politique, acquis à la cause de Marine Le Pen a d’ores et déjà fait le premier pas en indiquant que "les commentaires ou prises de position du président d’honneur ne peuvent en aucun cas engager le Front national, sa présidente ou ses instances délibérantes".

Ces déclarations du bureau politique interviennent à quelques heures de la réunion du bureau exécutif qui doit lui se prononcer sur d’éventuelles sanctions contre Jean-Marie Le Pen. La question de son exclusion ou du retrait de son titre de président d’honneur pourraient être envisagées.

Jean-Marie Le Pen refuse d'aller au bureau exécutif

Jean-Marie Le Pen qui était convoqué devant cette instance disciplinaire a annoncé dans l’après-midi qu’il refusait de s’y rendre. Accentuant la rupture avec sa fille, il a par ailleurs déclaré qu’il excluait tout retrait de la vie politique Il a également déclaré qu'il n'a "jamais parlé au nom du FN". Le fondateur du parti revendique sa liberté, il lui suffit dit-il, de "parler au nom de Jean-Marie Le Pen".

Le bureau exécutif, composé de neuf membres dont la présidente du parti et son père se réunit à partir de 17h au siège du Front national, à Nanterre.

Carole Blanchard