BFMTV

Civitas : Marine Le Pen et Philippot prennent leurs distances

Marine Le Pen

Marine Le Pen - -

Pas question que la polémique éclabousse le FN juste au moment où l'UMP traverse une crise. Le parti frontiste tente de se démarquer de la manifestation de dimanche contre le mariage homosexuel organisé par Civitas.

"Il y avait une belle manifestation, c'était celle de samedi, celle qui était familiale, bon enfant et puis la manifestation d'hier (dimanche) qui a dérapé". Lundi, le vice-président du FN, Florian Philippot, s'est démarqué de la manifestation de dimanche contre le mariage homosexuel de Civitas, mouvement proche des catholiques intégristes, à laquelle ont participé des cadres frontistes.

Lors de cette manifestation ont eu lieu plusieurs agressions de militantes féministes venues contre-manifester seins nus.

Philippot ne se sent donc pas concerné par cette manifestation. Néanmoins, le vice-président du FN ajoute aux sujets des militantes féministes : "quand on fait ça en plein milieu d'une manifestation de catholiques assez intégristes, évidemment on sait ce qu'on fait aussi. Maintenant ça n'empêche que les réactions agressives de violence ne sont jamais admissibles".

Marine Le Pen avait déjà pris ses distances

Dimanche, Marine Le Pen avait déjà pris ses distances par rapport à cette manifestation, à laquelle participaient notamment le député européen FN Bruno Gollnisch, et une vice-président du parti, Marie-Christine Arnautu, "à titre personnel".

Sur le plateau du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro, la présidente du FN avait affirmé qu'elle se sentait "probablement" plus proche de "ceux qui ont manifesté hier (samedi)", à l'appel d'un collectif "La manif pour tous", que de ceux qui ont manifesté pour Civitas.

"Je pense que l'institut Civitas qui a organisé la manifestation aujourd'hui (dimanche) mène un combat qui est un combat religieux. Or, moi je mène un combat qui est un combat politique", a-t-elle déclaré.