BFMTV

A Beaucaire, le maire FN en appelle à la générosité pour renflouer les caisses

Julien Sancez a été élu à la tête de Beaucaire avec 39,81% des suffrages.

Julien Sancez a été élu à la tête de Beaucaire avec 39,81% des suffrages. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Elu dimanche à la tête de Beaucaire, dans le Gard, Julien Sanchez, 30 ans, répond aux questions de BFMTV.com. Tentant de rassurer l'opposition, il reste cependant flou quant à sa volonté de "lutter contre le communautarisme".

Il fait partie des nouveaux maires étiquettés Front national. A 30 ans, Julien Sanchez a été élu dimanche maire de la ville de Beaucaire (Gard, 16.000 habitants). Au lendemain de sa victoire, l'élu revient sur ses ambitions pour la ville, sur sa manière de diriger et sur les critiques dont il fait l'objet.

Sur les critiques dont il peut faire l'objet

"Très heureux et très satisfait" de sa victoire, celui qui sera dans quelques jours maire de la ville de Beaucaire tient à insister sur le fait que son élection est "légitime": "Le taux de participation a été de 75%, c'est un plébiscite. Nous gagnons avec 10 points d'avance sur notre principal rival, c'est une victoire nette qui entraîne beaucoup d'attentes."

Le frontiste est conscient que son élection peut effrayer certains habitants de sa ville. "Je leur demande de ne pas fonctionner à priori, ils devront juger sur pièce. Je compte mettre en place une vraie démocratie locale", tente de rassurer Julien Sanchez. L'opposition ne sera pas muselée, assure-t-il: "Je vais mettre au travail l'opposition si elle veut s'associer à la gestion de la ville." Ceux qui le souhaitent, pourront, assure le futur maire, le faire "sur certains projets".

A 30 ans, les citoyens pourraient craindre l'inexpérience de Julien Sanchez. Là encore, le discours est très rodé: "Nicolas Sarkozy a été maire à 28 ans, Jean-Marie Le Pen a été élu de République à 27 ans, Marion Maréchal-Le Pen est très jeune...", assure le frontiste, qui rappelle qu'il est élu régional depuis quatre ans.

Les priorités pour sa ville

"Changer l'image de la ville." L'élu d'extrême droite affiche ses ambitions pour Beaucaire: "Je veux faire revenir les investisseurs, les commerces, le tourisme." Et pour cela, le meilleur moyen est de "ramener de la sécurité" dans la commune, estime Julien Sanchez.

Au programme, renforcer les effectifs de la police municipale, aujourd'hui en "sous-effectifs": "Nous allons augmenter les effectifs de police dans la ville, afin qu'elle puisse fonctionner la nuit."

Mais le principal chantier du nouveau maire sera de voter le budget: "Nous avons jusqu'au 30 avril prochain pour le faire", analyse Julien Sanchez. "Je vais reprendre une par une les factures produites depuis un an et demi", assure le frontiste. Sa ville doit faire des économies: "Il y a une dette de 714 euros par habitants qui pèse sur la ville, soit 11 millions d'euros."

Les économies à réaliser

Trouver suffisamment d'argent pour combler la dette de Beaucaire risque d'être difficile pour le nouveau maire. Marine Le Pen, la patronne du FN, a en effet promis des baisses d'impôts dans toutes les municipalités dirigées par son parti. Les économies pourraient donc être drastiques.

Julien Sanchez en appelle même à la générosité des militants frontistes: "Je lance un appel aux électeurs du Front national. Ils peuvent adresser un chèque au Trésor Public à l'adresse de la mairie de Beaucaire pour combler la dette". Par ailleurs, la ville effectuera des coupes dans les budgets festivités -"il faut faire mieux avec moins"-, communication et réception. Julien Sanchez fustige notamment les "frais de bouches" et le clientélisme dont faisaient preuve ses prédecesseurs.

Mais dès lors que l'on souhaite en savoir plus sur sa volonté de mettre fin au "communautarisme", l'élu visiblement gêné, temporise. Dans une précédente interview sur BFMTV.com, il avait assuré vouloir éviter que des commerces communautaires ne s'installent dans le centre-ville de Beaucaire. Il avait même déploré que "quatre kébabs" se trouvent "dans le centre historique" de sa commune. Julien Sanchez assure que la question du communautarisme sera étudiée ultérieurement: il ne faudrait surtout pas gâcher l'effort de dédiabolisation du FN dès le lendemain des élections.

Élections

Les résultats dans votre ville

  • Ex : Lyon, 69 ou Lyon, 69002
  • Sélectionnez votre électionPrésidentielle 2002Présidentielle 2007Législatives 2007Présidentielle 2012Législatives 2012Municipales
Maxence Kagni