BFMTV

François Hollande lance l'an II de son quinquennat

François Hollande

François Hollande - -

François Hollande a invité les journalistes à l’Élysée ce jeudi à 16h pour sa 2e conférence de presse depuis son investiture. Le chef de l’État va s'exprimer alors que la France est entrée en récession et que de l'aveu même du Président la croissance sera nulle cette année.

Deuxième conférence de presse de président pour François Hollande ce jeudi à 16h : le chef de l'Etat avait promis d’en accorder une tous les six mois durant son quinquennat. Alors que la France est officiellement entrée en récession mercredi, François Hollande doit avec cette conférence de presse « offrir une perspective d'espoir aux Français » sur le retour de la croissance comme sur l'amorce d'une décrue du chômage promise pour la fin de l'année selon son entourage.
Mais six mois après son premier grand oral du 13 novembre, où il s'était fait le chantre de la relance de la compétitivité, l'exercice s'annonce difficile pour François Hollande. D'une part sa cote de popularité n'a depuis cessé de dégringoler dans les sondages, d'autre part les résultats économiques sont loin d'être au rendez-vous. Et au milieu de tous cela, les élus attendent du président de la République qu’il propose une vraie vision pour la France surtout sur la plan économique.

« Que François Hollande donne envie et une direction »

Pour Christian Paul député PS de la Nièvre, François Hollande doit, avec cette conférence de presse, se présenter comme un vrai chef provoquant l’envie d’aller de l’avant, il doit aussi montrer qu’il sait où il va. « J’attends que François Hollande nous dise où il veut conduire le pays : modèle de développement, croissance durable, visibilité pour les Français et pas seulement sur le court terme. Aujourd’hui, il y a une croissance 0 en Europe. Et cela ne va pas se régler par une simple conférence de presse. Les salariés, les innovateurs, les chercheurs, les élus locaux et les citoyens se sentent un peu anesthésiés par la crise. On attend du président qu’il donne l’envie et la direction de cette mobilisation qui est nécessaire ».

« Faire vibrer les Français »

C’est un peu le même son de cloche pour Jean-Marie le Guen député de Paris. Pour lui, François Hollande doit susciter l’espoir, surtout autour de la reconquête industrielle. « Le problème est de se mobiliser sur des orientations, explique l’élu. Il faut faire vibrer les Français autour de la reconquête industrielle, autour d’une prise de conscience que nous devons faire des efforts pour moderniser notre pays. Ça passe par un discours de vérité. Notre pays connaît une crise grave qui peut le conduire au déclassement. La gauche ce n’est pas le père Noël, ce n’est pas la satisfaction immédiate de tous les besoins. Il faut donc mener un effort d’explications autour de mesures justes qui devront attendre un certains temps avant de porter leurs fruits ».

« Le problème de ce gouvernement c’est qu’il navigue à vue »

En revanche, dans l’opposition, on n’attend pas grand-chose de cette conférence de presse. Benoît Apparu, député UMP de la Marne espère simplement que François Hollande ne va pas rejeter les problèmes de la France sur la crise et la présidence de Sarkozy. « J’espère qu’il va prendre conscience que la crise n’est pas la faute de Nicolas Sarkozy et j’espère qu’il va enfin faire des choix économiques, insiste Benoît Apparu. Le problème de ce gouvernement c’est qu’il navigue à vue en fonction de celui qui crie le plus fort. Un jour Bruxelles crie le plus fort : coup de barre à droite. Un autre jour c’est le Front de gauche : coup de barre à gauche ! La caricature de ça c’est la compétitivité. Au mois de décembre on a voté un budget : plus 20 milliards d’euros d’impôts pour les entreprises. Un mois après on nous fait le rapport Gallois : moins 20 milliards d’euros pour les entreprises. Où est la cohérence ? Je ne la vois pas ».

Tugdual de Dieuleveult avec A.Roger