François de Rugy à Paris, en octobre 2015. - Thomas Samson - AFP
 

Sèche-cheveux doré "à la feuille d'or", chauffeurs et bureau utilisés à des fins privées: le ministre de l'Écologie qui était déjà dans la tourmente en raison des révélations de Mediapart, est de nouveau mis en cause.

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire