BFMTV

SNCF: pour Mélenchon, la manifestation ne doit pas être "le tapis rouge de la gauche selfie"

Jean-Luc Mélenchon, chef de file de La France insoumise, était ce jeudi matin l'invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC, à quelques heures de la première grande manifestation contre la réforme de la SNCF.

Invité jeudi matin sur BFMTV et RMC, Jean-Luc Mélenchon manifestera ce jeudi contre la réforme de la SNCF. "Je serai du côté des cheminots, du côté de la Gare de l'Est", dans les rues de Paris.

"Les gens vont souffrir"

"Je ne crois pas que le mouvement d’aujourd’hui doive être interprété par cette espèce de tapis rouge de la gauche selfie, qui vient et fait des photos, parce que c’est pas le sujet", prévient-il, mais "c'est un mouvement social d'une extraordinaire ampleur", et "avec ce mouvement qui démarre, on entre dans un mouvement de souffrance. Les gens vont souffrir, parce qu'ils vont perdre des journées de salaire pour défendre le service public, dont vous et moi nous bénéficions. Ensuite parce que la vie de millions de gens va être aussi perturbée par la grève", reconnaît le chef de file de La France insoumise. "Oui, ça va être difficile".

Jean-Luc Mélenchon reproche à Emmanuel Macron de suivre "la feuille de route de la Commission européenne", alors que "rien ne nous oblige à mettre la concurrence sur le rail. Faire passer des trains privés et des trains publics est absurde. Ca n'a de sens que dans la tête malade de gens illuminés par l'idéologie libérale, et qui croient que quand on met du privé, les prix baissent. Ce n'est pas vrai".

"Je veux dire mon affection à tous ces gens qui vont se battre, perdre des journées de salaire, et ce n'est pas pour eux, c'est pour nous tous", insiste le leader de La France insoumise.

"Une grande marche un dimanche"

Face à la politique du gouvernement, Jean-Luc Mélenchon appelle à "ne pas laisser les cheminots tout seuls": "Nous avons besoin d'une démonstration de force collective. Je continue à plaider pour qu'il y ait une grande marche, et il faut que ce soit un dimanche, un jour où ça ne vous coûte pas une journée de paye".

Jean-Luc Mélenchon espère ainsi "faire céder" Emmanuel Macron: "Arrêtez, ça suffit, ça ne marche nulle part votre histoire. Arrêtez, les trains privés ça ne marche pas, c'est de la gnognotte, ya basta. (...) Ne désarmez pas la France, ne la désorganisez pas. Pourquoi il change le statut de la SNCF, ça sert à quoi? Ce n'est pas ça qui va éponger la dette!"

"Où sont passés tous les importants qui ont pris les décisions qui ont abouti à une accumulation pareille de dettes? (...) Je veux qu'on cesse de démembrer la France", conclut Jean-Luc Mélenchon, "moi je suis du camp du peuple, et je sais que le peuple va souffrir".

A.L.M.