BFMTV

Pour Mélenchon, "la haine des médias et de ceux qui les animent est juste et saine"

Jean-Luc Mélenchon va lancer "l'école insoumise" pour mieux former les militants.

Jean-Luc Mélenchon va lancer "l'école insoumise" pour mieux former les militants. - Boris Horvat - AFP

Dans son dernier post de blog, le chef de file de La France insoumise défend Laurent Wauquiez et fustige "le parti médiatique".

Avec Jean-Luc Mélenchon, les médias en prennent régulièrement pour leur grade. Le nouveau texte du chef de file de La France insoumise n'échappe pas à la règle.

Sur son blog, où il a coutume de tirer ses enseignements des séquences politico-médiatiques passées, Jean-Luc Mélenchon évoque d'abord l'affaire Wauquiez: "une 'affaire' ridicule" pour le chef des Républicains, victime de "la lourde attaque du parti médiatique". "Dorénavant, on ne peut plus nulle part parler librement", déplore Jean-Luc Mélenchon, pour qui "la presse est ainsi la première ennemie de la liberté d’expression (...)".

Mélenchon dénonce "la drogue inoculée dans les cerveaux"

Il revient également sur les révélations de Radio France sur les comptes de campagne de La France insoumise. "Un pur coup monté", venu d'une équipe de "bras cassés", juge Jean-Luc Mélenchon, qui critique fermement la méthode des journalistes qui ont réalisé le sujet, "une sorte de CIA médiatique vouée à propager les dénonciations".

Le "parti médiatique" qu'il décrit "inocul[e] chaque jour la drogue dans les cerveaux" et "son but est de détruire tout autre émetteur de pensée: parti, syndicat, autorité morale de quelque nature qu’elle soit". 

Jean-Luc Mélenchon en tire donc des conclusions: "Le pouvoir médiatique est d’essence complotiste." A ses yeux, "la haine des médias et de ceux qui les animent est juste et saine", mais "elle ne doit pas nous empêcher de réfléchir et de penser notre rapport à eux comme une question qui doit se traiter rationnellement dans les termes d’un combat", écrit-il. Et de rappeler son idée de créer un "conseil déontologique des médias", comme il l'avait proposé au cours de la campagne pour l'élection présidentielle.

A. K.