BFMTV

Les Jeunesses nationalistes et l'Oeuvre française frappées de dissolution

L'emblème des Jeunesses nationalistes, un aigle doré sur un laurier.

L'emblème des Jeunesses nationalistes, un aigle doré sur un laurier. - -

Les Jeunesses nationalistes et l'Oeuvre française ont reçu mardi une notification du ministère de l'Intérieur visant à les dissoudre. Ils ont dix jours pour se défendre.

Placés au pied du mur, les groupuscules d'extrême droite menacent de tomber un à un. Mardi, Serge Ayoub a annoncé l'auto-dissolution de deux mouvements qu'il dirige, Troisième Voie et les Jeunesses nationalistes révolutionnaires.

Le même jour, l'Oeuvre française et les Jeunesses nationalistes -JN- ont reçu une notification de procédure de dissolution", "toutes deux prônant une idéologie ouvertement xénophobe et violente", selon Manuel Valls.

"Nous sommes une menace pour le gouvernement"

Deux des affiches des Jeunesses nationalistes, menacées de dissolution.
Deux des affiches des Jeunesses nationalistes, menacées de dissolution. © -

"Cela ne nous surprend pas, le système a peur de cette France qui se réveille", assène Alexandre Gabriac, président des JN, à BFMTV.com. "Nous représentons une menace pour le gouvernement, c'est certain. Pourtant, nous n'avons jamais appelé à la violence. Nous aimons la France comme une mère, c'est vrai. Nous sommes un mouvement d'amour."

Mouvement d'amour? Une affirmation assez ubuesque au regard du matériel mis à la disposition des militants sur le site du mouvement, où le mariage homo notamment est largement décrié.

Les deux mouvements, JN et l'Oeuvre française, ont dix jours à compter de mardi pour préparer leur défense et présenter un contre-argumentaire en réponse aux accusations du ministère de l'Intérieur. Le cabinet de Manuel Valls précise par ailleurs que l'auto-dissolution de Troisième Voie et des JNR n'empêchera en rien le gouvernement de prononcer un décret de dissolution à leur encontre dans "deux à trois semaines".


A LIRE AUSSI:

>> Mort de Clément Méric: "les JNR de Serge Ayoub vont être dissoutes"

>> Groupuscules d'extrême droite: la dissolution est possible mais risquée

Alexandra Gonzalez