BFMTV

L'ex-FN Aymeric Chauprade lance son propre parti

Aymeric Chauprade a été élu eurodéputé en 2014

Aymeric Chauprade a été élu eurodéputé en 2014 - Pierre Andrieu - AFP

L'eurodéputé profite de son procès pour publier une vidéo dans laquelle il fustige "l'islamisation", et annonce qu'il lance son propre parti.

L'eurodéputé Aymeric Chauprade a démissionné du Front national le 9 novembre. Il annonce ce mercredi sur les réseaux sociaux la formation de son propre parti: les Français libres.

"Je prends l'engagement devant les Français que je mènerai sans relâche la lutte contre les propagateurs et adeptes de la loi islamique et je prends aujourd'hui la tête de ce combat qu'aucun parti n'assume encore avec clarté", déclare l'eurodéputé dans une vidéo publiée sur internet.

Ce même jour, se tient son procès pour provocation à la haine envers les musulmans, en raison d'une vidéo controversée sur l'islam qu'il avait diffusée en janvier 2015 après les attentats. Dans la vidéo de présentation de son nouveau parti, il justifie son choix de l'an passé, défendant "une vidéo d'analyse mesurée en adéquation avec la réalité".

"Bon vent"

Evoquant "le viol de notre civilisation, de nos valeurs", il estime aujourd'hui dans un discours focalisé sur l'islam que son procès est celui "de tous les lanceurs d'alerte face à l'islamisation de notre pays".

La création des "Français libres" a pour but affiché de "faire gagner en 2017 le candidat d'une droite française crédible et assumée". L'eurodéputé a expliqué au Monde vouloir "peser sur la droite de gouvernement".

Son parti s'organisera principalement autour de trois sujets: pour la "dés-islamisation de la France", pour la "des-étatisation de la France" et "pour refaire de la France une grande puissance".

L'homme politique serait notamment en discussions avec Charles Beigbeder pour grossir les rangs de son parti, croit savoir Le Parisien. "Il ne s'est jamais comporté de façon loyale. Il s'en va. Il crée son parti. Bon vent", a réagi le candidat malheureux du Front national en Ile-de-France Wallerand de Saint-Just, cité par France 3.

Aymeric Chauprade avait également récemment fait parler de lui pour son implication dans l'exfiltration de deux pilotes français dans l'affaire Air Cocaïne.

A. D.