BFMTV

Congrès du FN suspendu: Jean-Marie Le Pen y voit "une défaite personnelle pour Philippot"

Jean-Marie Le Pen réagit à la décision du tribunal, le 28 juillet 2015

Jean-Marie Le Pen réagit à la décision du tribunal, le 28 juillet 2015 - BFMTV

"J'ai fondé le Front national, je l'ai dirigé pendant 40 ans, et j'en suis encore aujourd'hui, un des chefs". Jean-Marie Le Pen s'est réjoui ce mardi de la décision de justice qui lui a donné raison pour la troisième fois dans le conflit qui l'oppose à sa fille. La cour d'appel de Versailles a en effet confirmé la suspension du congrès qui était censé supprimer son statut de président d'honneur.

"Une défaite personnelle de M. Philippot"

"Je souhaite pour ma part que ces décisions judiciaires étant intervenues, justice m'ayant été rendue, le bon sens va l'emporter", a expliqué le "Menhir" qui considère le jugement comme "une défaite personnelle de Monsieur Philippot que j'invite à regagner le ministère de l'Intérieur". 

Réagissant à l'annonce du bureau exécutif qui souhaite publier les résultats du congrès postal, Jean-Marie Le Pen a critiqué "une voie de fait dont semblent prendre l'habitude les clients de Monsieur Collard. Mais ce n'est pas la première fois qu'il se sera mis dans ce genre de difficultés, lui qui n'est même pas membre du Front national, ce qui lui donne bien sûr une grande autorité pour en parler", a-t-il ironisé.

"J'espère que le Front national surmontera ses difficultés", a ajouté Jean-Marie Le Pen, critiquant un parti qui "semble avoir quitté ses fondamentaux essentiels: l'immigration massive, la sécurité, le chômage, la dette colossale, la lutte contre l'Union européenne, pour, semble-t-il, des billevesées plus gauchisantes".

Pour un FN "sans concession"

Pour Jean-Marie Le Pen, il est temps "de reprendre la voie qui était celle du Front national, c'est à dire la voie patriotique, démocratique, sans concession, à l'égard des pouvoirs existants, luttant de toutes ses forces contre une décadence dont il prévoit et annonce qu'elle risque d'être mortelle."

"Plein d'espoir pour l'avenir", il a rappelé son statut de président d'honneur du parti, et d'élu, "jusqu'à l'échéance, une échéance à laquelle je n'ai pas envie de participer bien que beaucoup de gens m'y appellent'.

Jean-Marie Le Pen a également fait part de son intention de participer à l'université d'été du FN. Il a affirmé n'avoir "aucun contact" avec Marine Le Pen "depuis très longtemps".

A. D.