BFMTV

En Île-de-France, les conseillers régionaux suivent une formation pour prévenir le harcèlement sexuel

Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France

Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France - ERIC PIERMONT / AFP

En Île-de-France, les 209 conseillers régionaux suivent depuis le début de l'année une formation obligatoire visant à prévenir le harcèlement sexuel.

Après plusieurs affaires au sein du Conseil régional, la présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse a décidé de rendre obligatoire aux conseillers régionaux une formation de prévention contre le harcèlement sexuel, rapporte Paris Match. Selon l'hebdomadaire, cette formation est inédite pour les élus en France. 

Dès son élection à la tête de la région, Valérie Pécresse assure avoir mis en place "une charte de déontologie" prévoyant une "cellule contre le harcèlement des élus et des personnels". Mais en 2016, l'affaire Denis Baupin éclate: l’ex-député EELV de Paris est visé par plusieurs plaintes d’ex-collaboratrices et d’élues, dont Annie Lahmer, conseillère régionale d’Île-de-France. "Avec l’affaire Baupin, nous lançons alors un premier programme, d’abord facultatif", explique Valérie Pecresse dans Paris Match.

En 2017, seuls six élus y participent. Et les plaintes se poursuivent. Après une altercation en juillet, dans une salle réservée aux réunions de groupe du FN au Conseil régional d'Île-de-France, la conseillère régionale FN Aurélie Cournet dépose une plainte contre son collègue Pierre-Charles Cherrier pour faits de violence. D'après Paris Match, la jeune femme avait alors demandé de l'aide à Valérie Pécresse pour porter plainte mais aussi assurer sa sécurité. 

Faire de l'Île-de-France une région "exemplaire"

Puis, en novembre, le quotidien Le Monde révèle qu'Axel Loustau, conseiller régional du FN et ami de longue date de Marine Le Pen, est accusé par une militante frontiste de l'avoir harcelée moralement et d'avoir menacé ses parents. Selon la victime, Axel Loustau aurait même déposé une cartouche de 9 mm sur son bureau, en guise de menace. 

Face à ces accusations et aux récents débats sur le harcèlement au travail, la présidente de la région de l'Île-de-France a décidé d'aller plus loin en rendant obligatoire à tous les élus les ateliers de prévention du harcèlement sexuel. Cette mission a été confiée au centre Hubertine-Auclert, organisme francilien spécialisé dans la prévention et les campagnes pour l’égalité femmes/hommes, précise Paris Match.

"Cela a le mérite de créer une prise de conscience à travers certains gestes et comportements. Il y a un vrai contenu", salue le patron du groupe LR Othman Nasrou à Paris Match. "Je n’ai pas perdu mon temps car ça redéfinit les choses sur le plan juridique", confie également sa collègue Stéphanie Von Euw. Pour Valérie Pécresse, l'objectif est clair: faire de l'Île-de-France une région "exemplaire". 

M.P