BFMTV
en direct

Municipales à Paris: pistes cyclables, salle de shoot... passe d'armes entre les candidates

Reporté de 24 heures, ce dernier débat télévisé entre les trois prétendantes à la mairie de Paris se déroule à trois jours du second tour, alors que la candidate PS est favorite dans les sondages.

Agnès Buzyn: la ville de Paris "va devenir un enfer"

Pour Agnès Buzyn, si la ville continue d'évoluer comme ces six dernières années, Paris "va devenir un enfer". La candidate LaREM défend son projet "de rassemblement" en opposition à ses deux adversaires qu'elle qualifie de "candidates d'un clan".

Rachida Dati: "Je crois que monsieur Macron est plutôt sur mes positions"

A 48h d'une "élection majeure", Rachida Dati revendique son appartenance à "la droite républicaine", tout en rejetant être "la candidate d'un clan". "Je crois que monsieur Macron est plutôt sur mes positions (...) On a parlé de notre programme et de notre vision de Paris", ajoute-t-elle.

Agnès Buzyn: "je m'adresse aujourd'hui à un électorat qui soutient le président de la République"

Agnès Buzyn explique pourquoi elle n'a pas souhaité nouer d'alliances entre les deux tours. "Je m'adresse aujourd'hui à un électorat qui soutient le président de la République", explique-t-elle. "Je ne peux pas m'allier avec une droite qui est soutenue par Jean-Marie Le Pen, par Marine Le Pen. Je ne peux pas m'allier avec Madame Dati ni avec Madame Hidalgo, parce que ce ne sont pas mes valeurs", ajoute-t-elle, pointant aussi du doigt l'alliance d'Anne Hidalgo avec Ian Brossat et le PCF.

Agnès Buzyn veut "réserver des logements sociaux aux agents de la ville de Paris"

La candidate LaREM estime qu'il faut "réserver des logements sociaux aux agents de la ville de Paris". "Ils n'ont pas les moyens d'aller dans le parc privé (...) Leurs revenus ne leur permet pas de vivre dans Paris ", assure-t-elle.

Anne Hidalgo veut "un big bang de la proximité"

La maire sortante souhaite engager un "big bang de la proximité" en donnant "un rôle très important" aux maires d'arrondissements, notamment sur la question de la propreté.

Sur cette même question, Agnès Buzyn estime que l'équipement des agents municipaux est "obsolète". "Il faut donner la main aux maires d'arrondissements", plaide la candidate LaREM.

Echange tendu sur la salle de shoot

Anne Hidalgo, estime que les dispositifs comme la salle de shoot située à l'hôpital Lariboisière dans le 10e arrondissement est "une réponse à un problème médical et social". "Evidemment pour que cela fonctionne, il faut une présence policière autour, mais je suis pour ce type de salles. C'est une réponse médicale, une réponse sociale à un problème qui est aussi médical et social", défend la maire sortante.

Pour Rachida Dati au contraire, cette salle ne remplit pas son rôle. "Vous avez fait un choix qui est comme votre politique, symbole et sans résultat", lance la maire du 7e. "Il n'y a pas de médecin, il y a les travailleurs sociaux et une infirmière qui passe de temps en temps", déplore-t-elle.

Agnès Buzyn estime également que cette salle de shoot "ne fonctionne pas". "Ca nécessite un dispositif plus intégré avec la police, avec les médecins, avec les psychiatres", insiste-t-elle.

Agnès Buzyn défend aussi la création d'une police municipale armée

Agnès Buzyn souhaite la création d'une police municipale composée de 5000 policiers "armés et formés, équipés de caméras piéton".

"Laisser des gens exposés la nuit dans des quartiers difficiles sans avoir les moyens de se défendre fait qu'ils ne pourront pas aller dans les endroits où nous avons besoin d'eux, ces quartiers perdus de la République", défend Agnès Buzyn.

Rachida Dati souhaite "une police municipale armée dans chaque arrondissement"

Cette politique municipale armée "maintiendra la tranquilité publique pour lutter contre la délinquance du quotidien".

Rachida Dati: "moi maire de Paris j'aurais reçu l'ensemble des organisateurs des manifestations"

Si elle est élue maire de Paris, Rachida Dati souhaite recevoir "l'ensemble des organisateurs des manifestations". La maire du 7e insiste sur le fait que la tranquilité publique est une compétence de la mairie de Paris.

Anne Hidalgo: "la police à Paris ne fait plus que du maintien de l'ordre"

A propos de l'augmentation de la délinquance et des violences dans la capitale, Anne Hidalgo appelle à un renfort de la police nationale. "La police à Paris ne fait plus que du maintien de l'ordre", déplore la maire sortante. "Il faut qu'il y ait plus de policiers municipaux", ajoute-t-elle, tout en défendant la création d'une police municipale.

"Je regrette qu'elle n'ait pas pu aboutir, elle le sera sans aucun doute au lendemain de l'élection municipale", assure Anne Hidalgo. Elle ne souhaite cependant pas que cette police municipale soit dotée "d'armes létales".

Agnès Buzyn: "si je suis élue maire, l'ordre sera respecté"

Agnès Buzyn estime que la mairie de Paris "laisse faire". "La loi doit être respectée, que les causes soient sympathiques ou pas", insiste la candidate LaREM. "Si je suis élue maire de Paris, l'ordre sera respecté. Je ne laisserai pas Extinction Rebellion passer 15 jours devant l'Hôtel de ville parce que leur cause est sympathique", tacle Agnès Buzyn.

Rachida Dati: "il n'y a pas une manifestation qui ne se termine pas en bataille rangée"

Rachida Dati déplore une "explosion" de la délinquance dans la capitale et aussi la montée des violences durant les manifestations. "Il n'y a pas une manifestation qui ne se termine pas en bataille rangée", déplore la maire du 7e qui dit apporter son "soutien aux policiers".

Agnès Buzyn: "l'espace public est devenu le bazar"

Pour Agnès Buzyn, "l'espace public est devenu le bazar". La candidate LaREM met en cause la "méthode" d'Anne Hidalgo, qu'elle accuse notamment d'avoir "détruit Autolib'", le service unique d'autopartage électrique.

Rachida Dati: "on n'a jamais eu si peu de voitures à Paris et nous avons une augmentation de la pollution"

Rachida Dati accuse la maire sortante d'avoir opposé les uns aux autres les automobilistes, cyclistes, piétons. "On n'a jamais eu si peu de voitures à Paris et nous avons une augmentation de la pollution", insiste Rachida Dati qui s'en prend au plan de transports d'Anne Hidalgo "fait à la hâte et de manière dogmatique". "Il faut une complémentarité des mobilités", estime Rachida Dati qui promet un schéma de mobilité "à l'échelle globale" si elle est élue.

En réponse à Rachida Dati, Anne Hidalgo met en avant "l'urgence" à agir. "Nous sommes la dernière génération en responsabilité à pouvoir agir. Il faut absolument poser des actes", insiste-t-elle.

Agnès Buzyn juge "irresponsable" la création d'une piste cyclable près de l'hôpital Necker

La mairie de Paris a développé des pistes cyclables dans le cadre du déconfinement, dont une devant l'hôpital Necker. "Personne n'était au courant", s'étonne Agnès Buzyn qui décrit "un immense embouteillage" devant l'hôpital ce jeudi matin. "Le Samu ne pouvait pas rentrer (...) Je trouve ça irresponsable", insiste-t-elle.

"Vous allez peut-être m'accuser de meurtre", rétorque la maire de Paris qui défend ces "coronapistes" et justifie leur création par le contexte d'urgence pour créer pistes cyclables. Sur la question de la concertation autour de leurs créations, Anne Hidalgo assure que ces pistes ont été faites "en accord avec la préfecture de police".

Si elle est réélue, Anne Hidalgo promet de déployer "massivement des parkings sécurisés" pour les vélos

Anne Hidalgo se félicite du succès du vélo avec le déconfinement et cite le chiffre de 15.000 cyclistes qui empruntent chaque jour la rue de Rivoli. La maire sortante promet si elle est réélue de continuer à favoriser l'usage du vélo en déployant des équipements dédiés:

"Ce sera une des premières mesures que je prendrai avec la piétonnisation des abords du canal Saint-Martin, c'est de déployer très très massivement des parkings sécurisés pour les vélos."

Agnès Buzyn propose d'expérimenter l'ouverture des commerces plus tard le soir

Parmi les propositions pour relancer l'économie, Agnès Buzyn propose que les commerçants indépendants qui le souhaitent puissent "ouvrir jusqu'à 10h, 11h voire minuit dans certains quartiers".

Pour Rachida Dati les extensions de terrasses "ont généré beaucoup de troubles"

Rachida Dati critique la mise en place des extensions de terrasses pour les restaurateurs après le déconfinement. "Ca a généré beaucoup, beaucoup de troubles entre les riverains et les cafetiers", explique-t-elle. Pour la maire du 7e, il aurait fallu "un cadre" et non pas une charte non contraignante.

Rachida Dati critique la gestion de l'épidémie de l'équipe d'Anne Hidalgo

La candidate LR reproche à Anne Hidalgo de n'avoir pas agi en faveur des soignants et des hôpitaux, dans le cadre de sa fonction de présidente du Conseil de surveillance de l'AP-HP.

"Je n'ai pas vu d'initiatives ou d'actions en faveur des hôpitaux de Paris et du personnel soignant qui est exsangue (...) être président d'un conseil de surveillance ce n'est pas rien", tacle Rachida Dati.

Anne Hidalgo souhaite "amplifier" son plan de relance en cas de réélection

Un plan de 200 millions de soutien à l'économie a été adopté par la ville de Paris. "On a posé les bases, il va falloir les amplifier après cette élection", assure Anne Hidalgo. "Le chômage est en train de progresser de façon très forte (...) il y a aussi beaucoup de personnes qui sont dans des situations de précarité sans statut, je pense à tout le secteur de la culture, les artistes qu'il nous faut aussi soutenir", insiste la maire sortante.

Agnès Buzyn: "la crise a pointé les faiblesses de nos organisations"

Agnès Buzyn retient aussi la "très grande solidarité" observée durant la crise. Mais pour la candidate LaREM, ancienne ministre de la Santé, "la crise a aussi pointé les faiblesses de nos organisations, l'isolement des personnes âgées".

Crise sanitaire: "on ne vivra plus comme avant"

Anne Hidalgo fait elle aussi le bilan de cette période de crise et retient la "solidarité incroyable" qui s'est exprimée durant ces semaines de confinement. "Je retiens cette solidarité incroyable, la force des services publics, la force des bénévoles humanitaires. On ne vivra plus comme avant", estime la maire sortante.

Crise sanitaire: Rachida Dati se dit "touchée par l'abandon des plus vulnérables"

"Cette crise a encore plus aggravé, amplifié les fragilités de notre société", estime Rachida Dati. La maire du 7e arrondissement se dit particulièrement touchée par "l'abandon des plus vulnérables".

Les candidates s'expriment sur le mouvement de grève à NextradioTV

Alors que la grève a été reconduite au sein du groupe NextradioTV, les candidates au second tour à Paris ont débuté ce débat en apportant leur "soutien" aux salariés. "Je suis solidaire des salariés", a d'abord commencé Anne Hidalgo se disant préoccupée "des plans sociaux à répétition" à venir à Paris.

"Ce n'est pas opportun de présenter un plan social dans cette période de crise sanitaire" a de son côté réagi Rachida Dati, rappelant qu'elle avait proposé d'offrir de son temps de parole aux salariés grévistes.

Agnès Buzyn a également tenu à apporter son "soutien aux salariés qui combattent pour avoir la possibilité de poursuivre leur travail au sein de cette entreprise".

Le débat débutera à 21 heures

Le débat des municipales à Paris entre Agnès Buzyn, Rachida Dati et Anne Hidalgo se déroulera dès 21 heures, mais dans des conditions particulières en raison d'un mouvement social des salariés de NextradioTV

Beaucoup de triangulaires

Après les diverses tractations qui ont eu lieu pendant la période de déconfinement, la carte parisienne compte essentiellement des triangulaires pour le second tour de dimanche.

Dans la plupart des cas, il s'agira de triangulaires avec des candidats étiquettés "union de la gauche" (pro-Hidalgo), "union du centre" (pro-Buzyn) et "union de la droite" (pro-Dati). Seuls les Ve et XVIe arrondissements verront deux candidats s'affronter: les listes LR et LaREM ont fusionné dans le premier, la gauche ne s'est pas qualifiée dans le second, historiquement ancré à droite.

Trois quadrangulaires auront également lieu le 28 juin (VIIIe, XIVe et XXe arrondissements) auxquelles participeront entre autres Cédric Villani - candidat dissident de LaREM - et Danièle Simonnet - chef de file de La France insoumise dans la capitale.

Un match plié?

À chaque sondage successif, Anne Hidalgo est créditée d'une large avance sur ses deux rivales. Selon la dernière enquête Elabe réalisée pour BFMTV et publiée mercredi, la maire sortante recueillerait 44% des suffrages exprimés - en moyenne sur l'ensemble de la capitale - au second tour.

Derrière, Rachida Dati est créditée de 35% des voix, suivie d'Agnès Buzyn, qui n'obtiendrait que 18% dimanche. L'édile sortante bénéficie d'abord d'un bon report (83%) des voix recueillies au premier tour par David Belliard. En revanche, il s'agit là d'un électorat dont la mobilisation est incertaine le jour du scrutin.

Comme Anne Hidalgo, Rachida Dati bénéficie d'une forte mobilisation de son électorat de premier tour, mais aussi de celle d'abstentionnistes du premier tour qui auraient l'intention de se mobiliser pour le second. Ils penchent, pour 40% de ceux qui ont été interrogés, en faveur de la candidate LR, contre 37% pour la socialiste. Une partie (18%) de l'électorat de premier tour d'Agnès Buzyn dit vouloir se reporter au second sur les listes de Rachida Dati.

Hidalgo en tête au premier tour

La tête de liste Les Républicains, Rachida Dati, et la cheffe de file des listes La République en marche, Agnès Buzyn, affrontent ce jeudi soir sur BFMTV une Anne Hidalgo galvanisée par de bons résultats de premier tour.

Sur l'ensemble de la capitale, où les élections municipales de 2020 se jouent dans 17 arrondissements, la maire sortante socialiste a recueilli 29,33% des suffrages exprimés, bien devant Rachida Dati (22,72%) et Agnès Buzyn (17,26%). Même si l'on tempère ces scores par la très faible participation mesurée le 15 mars en raison du début d'épidémie due au coronavirus, il s'agit d'un succès indiscutable pour Anne Hidalgo.

Dans 9 des 17 arrondissements parisiens, c'est une liste "Paris En Commun" (l'étiquette d'Anne Hidalgo) qui est arrivée en tête. Il faut tout de même noter que les scores de la candidate PS ont été inférieurs à ceux enregistrés lors des municipales de 2014 dans quasiment tous les arrondissements.

Malgré cela, il paraît difficile pour l'une de ses deux concurrentes d'espérer l'emporter, dans la mesure où leurs électorats respectifs se chevauchent.

BFMTV