BFMTV

Sondages: pour Hollande, c'est la rechute

François Hollande dans la cour de l'Elysée, le 25 août 2012.

François Hollande dans la cour de l'Elysée, le 25 août 2012. - -

Après une embellie de courte durée, la cote de popularité du président rechute. Le dernier sondage en date fait même état d'un désaveu sur ce qui constituaient jusque là ses points forts: proximité et véracité du discours.

François Hollande s'apprête à prendre la parole lors du 14-Juillet, sans engouement populaire. Si, au printemps, les sondages d'opinion lui avaient donné un sursis, la cote de popularité du président s'est remise à chuter. Et le désaveu concerne à présent ce qui constituait jusque là ses points forts.

Ainsi, le baromètre mensuel Ifop - Paris Match publié, mardi, indique que le chef de l'Etat perd 3 points, à 30%, par rapport à juin. "Le niveau le plus bas enregistré depuis sa prise de fonction", selon l'Ifop. Même punition pour le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, qui perd 5 points, à 34%.

Il ne convainc pas hors de son camp

Le président peine, en effet, à convaincre au delà de son camp: hormis les partisans du PS (trois quarts d'entre eux l'approuvent) et ses électeurs de 2012 (71% d'approbation), la cote de popularité de François Hollande reste minoritaire dans toutes les catégories socio-démographiques.

Même tendance avec le sondage CLAI-Metronews-LCI d'Opinionway, publié le 5 juillet dernier: recul de 3 points (23% de satisfaits), désamour des sympathisants du Front de gauche et écologistes (alimenté par un possible "effet Batho").

Son image de proximité s'érode

Pire: ce qui constituait jusqu'à présent ses "points forts", n'en sont plus. "L'évolution de ses traits", note l'Ifop, est "globalement négative". Est observée "une érosion importante sur la proximité du président avec les préoccupations des Français (-6 points, 34% d'opinion positive) et sur "la véracité de son discours" (-7 points, 30%).

Mathilde Tournier