BFMTV

Saisie de drogue: Hollande vient chercher la poignée de main avec les forces de l'ordre

La douane a saisi, dans la nuit de samedi à dimanche, quelque 7,1 tonnes de cannabis dans le 16e arrondissement de Paris. Dans la soirée, le chef de l'Etat s'est rendu en personne sur place pour constater la prise. Une façon de se "rabibocher" avec les forces de l'ordre après la manifestation de la semaine dernière et les accusations de laxisme.

Le président François Hollande s'est félicité dimanche de la saisie record à Paris de plus de 7 tonnes de résine de cannabis, espérant qu'il s'agissait d'un "coup fatal" porté à des "organisations criminelles" impliquées dans le trafic de drogue. "C'est très important que la République vienne rendre hommage à tous ceux qui se dévouent dans l'anonymat", a-t-il déclaré peu après son arrivée à la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED), à Ivry-sur-Seine dans le Val-de-Marne.

Et cette visite, une première pour un président de la République, a permis à François Hollande d'enfiler pour l'occasion le costume de ministre de l'Intérieur, lui-même absent. Un moyen de faire taire les accusations de laxisme et de se réconcilier avec les forces de l'ordre. Surtout après la manifestation policière de la semaine passée ou la polémique à propos de la réforme pénale. En effet, la consommation de cannabis peut désormais se régler par une simple amende, sans passage devant un magistrat au tribunal.

Venu "se rabibocher avec les fonctionnaires"

Le chef de l'Etat était accompagné du ministre des Finances Michel Sapin dont dépend le service des douanes et qui peut être l'origine de cette visite surprise annoncée à la toute dernière minute. "Le chef de l'Etat est venu saluer une saisie record mais aussi se rabibocher avec des fonctionnaires avec lesquels il y a quelques difficultés", note Philippe Bock, agent des douanes et secrétaire général syndicat Solidaires douanes sur BFMTV. "Nous sommes très honorés" a d'ailleurs confié un douanier présent lors de la visite présidentielle à BFMTV.

De son côté, l'éditorialiste du Figaro, Guillaume Tabard, s'interroge sur BFMTV sur "le crédit" que espérer retirer François Hollande de cette affaire. "Si les saisies augmentent, c'est que le trafic de drogue augmente", expose-t-il. En 2014, les saisies ont augmenté de 80% soit un total de 157 tonnes. 

Un "coup aux organisations criminelles, y compris terroristes"

Mais François Hollande estime que cette saisie d'importance a "pu contribuer à porter un coup que j'espère fatal à des organisations criminelles. (...) Je suis venu féliciter les agents des douanes qui ont été capables cette nuit, après un long travail, de saisir plus de 7 tonnes de cannabis".

"C'est dire si nous sommes capables, grâce aux douanes et aux autres forces qui concourent à la lutte contre les trafics, de porter des coups très sérieux aux organisations criminelles. Parce que derrière ces valises retrouvées, ce sont des organisations criminelles qui ont d'ailleurs des liens avec d'autres organisations, y compris terroristes", a-t-il relevé. 

S.A. avec Antoine Delcourt et David Couloumne