BFMTV

Pas d'hommage aux Invalides pour les victimes de Charlie Hebdo

Le 8 janvier, un hommage au résistant Robert Chambeiron a eu lieu aux Invalides à Paris. Ce ne sera pas le cas pour les victimes de "Charlie Hebdo".

Le 8 janvier, un hommage au résistant Robert Chambeiron a eu lieu aux Invalides à Paris. Ce ne sera pas le cas pour les victimes de "Charlie Hebdo". - Etienne Laurent - AFP

Contrairement aux souhaits de François Hollande et de Manuel Valls, l'hommage aux dessinateurs de Charlie Hebdo n'aura pas lieu aux Invalides. Les familles des victimes ont souhaité une cérémonie intime, loin des caméras.

Il n'y aura finalement pas d'hommage aux caricaturistes de Charlie Hebdo aux Invalides. Manuel Valls l'avait pourtant annoncé lundi dernier, évoquant un "hommage national" aux 17 victimes des attentats en région parisienne. La formule a finalement changé. 

Avant de se lancer dans une annonce précise, François Hollande a d'abord chargé sa directrice de cabinet de s'enquérir des désirs des familles, ainsi que des dates des obsèques des victimes. Le but étant d'éviter qu'un hommage national public ne vienne gêner la tenue des cérémonies privées organisées par les proches.

Un hommage à huis clos à l'Elysée

Résultat: la plupart d'entre elles ont décliné la proposition de l'exécutif d'organiser un hommage traditionnel aux Invalides, connoté militairement, alors que les victimes de Charlie étaient majoritairement antimilitaristes. Beaucoup estiment également que de nombreux hommages publics ont déjà été rendus, et souhaitent une cérémonie plus intime. 

Le chef de l'Etat aurait finalement décidé d'organiser un hommage à l'Elysée, à huis clos, loin des caméras. Une formule plus intime et moins chargée en symboles, pour mieux correspondre aux volontés des victimes. François Hollande devrait remettre la légion d'honneur aux victimes à titre posthume, explique RTL. Celles qui l'ont déjà seront promues. Cette cérémonie devrait avoir lieu en fin de semaine.

Hollande entame une nouvelle séquence

Après les attentats, la grande manifestation du 11 janvier et les hommages rendus aux policiers, la cérémonie représente la fin d'une période de deuil national, et le début d'une nouvelle séquence pour l'exécutif. François Hollande l'a dit lui-même samedi, lors de ses vœux aux territoires à Tulle, en Corrèze: "La vie doit continuer".

Le chef de l'Etat, qui bénéficie d'un regain de popularité auprès des Français pour sa gestion de la situation après les attentats, va donc tenter de transformer l'essai sur la durée. Il se lance cette semaine dans une période de vœux, qui lui permettront de faire des annonces et de montrer qu'il est dans l'action. Mercredi 21 janvier, le Conseil des ministres sera consacré à la lutte contre le terrorisme, et des mesures vont être annoncées. Le même jour, François Hollande présente ses vœux au monde de l'Education. Un discours attendu par le corps enseignant, qui, au lendemain des attentats, a exprimé ses difficultés à répondre aux questionnements et comportements de certains élèves. Rien n'est encore gagné pour François Hollande.

Ariane Kujawski