BFMTV

Otan: la défense anti-missile "n'est pas dirigée" contre la Russie affirme Hollande

Selon François Hollande, le réseau des attentats de Paris et Bruxelles "en voie d'être anéanti".

Selon François Hollande, le réseau des attentats de Paris et Bruxelles "en voie d'être anéanti". - Capture BFMTV

La défense anti-missile de l'Otan "n'est pas dirigée contre la Russie", a déclaré ce vendredi François Hollande en souhaitant que le dialogue entre l'Alliance atlantique et Moscou permette de lever des "malentendus" et des "incompréhensions délibérément excessives".

"La défense anti-missile de l'Otan n'est pas dirigée contre la Russie (...) Elle n'est destinée qu'à assurer la défense de l'Alliance contre des menaces potentielles n'émanant pas de la zone euro-atlantique", a souligné le président de la République dans une déclaration faite à l'Elysée à l'issue d'une rencontre avec le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, dans la perspective du sommet de l'Otan, début juillet à Varsovie. "Il y a eu des consultations entre l'Otan et la Russie qui vont dans ce sens et ce dialogue peut nous permettre de transmettre clairement les messages et d'éviter les malentendus ou quelquefois des incompréhensions qui sont un peu excessives, délibérément excessives", a poursuivi François Hollande.

Divergence de points de vue

Le projet de bouclier antimissile américain, lancé en 2010, passe par le déploiement progressif en Europe de l'Est et en Méditerranée de puissants radars et de missiles intercepteurs. Présenté par Washington comme une protection face à l'Iran ou la Corée du Nord, il est vu par Moscou comme un système dirigé contre ses capacités de dissuasion nucléaire.

A.M avec AFP