BFMTV

Madonna a failli chanter au Louvre pour la victoire d'Emmanuel Macron

DOCUMENT BFMTV - Laurence Haïm, qui a rejoint l'équipe d'Emmanuel Macron dans les derniers mois de la campagne, avait réussi à obtenir l'aval de la chanteuse pour qu'elle se produise au Louvre le 7 mai. Dans Macron à l'Elysée, le casse du siècle, elle raconte comment le projet a capoté.

Depuis son arrivée à l'Elysée, Emmanuel Macron y a reçu Bono et Rihanna. Mais pour fêter sa victoire le 7 mai 2017, devant la pyramide du Louvre, c'est à une autre chanteuse qu'il avait pensé: Madonna.

C'est ce que dévoile Laurence Haïm dans Macron à l'Elysée: le casse du siècle, l'enquête inédite de BFMTV sur l'élection d'Emmanuel Macron, diffusée dimanche soir sur notre antenne. Dans une séquence bonus de ce document, l'ancienne journaliste accréditée à la Maison Blanche raconte les efforts déployés pour contacter la chanteuse.

"Je me mets en branle, j’appelle Los Angeles, des gens que je connais. Je dis que je travaille pour l'équipe d’Emmanuel Macron", confie celle qui a rejoint En Marche! dans les derniers mois de la campagne présidentielle, avant de partir en juillet 2017.

Le manager de Madonna lui raccroche au nez

Une fois au téléphone avec le manager de Madonna, les choses se corsent pour Laurence Haïm. 

"Je lui dis ‘bonjour, je travaille avec Emmanuel Macron’. Il me dit 'ah oui, et moi je travaille avec Dieu'. Et il raccroche."

Laurence Haïm persévère, et parvient à obtenir l'aval de la chanteuse.

"Je rappelle, je lui dis que c’est vrai, j’arrive à parler au manager de Madonna et je lui demande si Madonna pourrait venir. Un quart d’heure plus tard, il me rappelle en me disant: Madonna veut venir."

Les Macronleaks ont eu raison de Madonna

Mais c'était sans compter sur le piratage informatique qui venait de toucher l'équipe du candidat, et qui a finalement bouleversé l'ordre des priorités. Sur le plan financier, le prix réclamé par Madonna pour ce concert a aussi été jugé trop élevé.

Au cours de la campagne, l'équipe d'Emmanuel Macron a été victime de plusieurs tentatives ou piratages effectifs. Dont celui qui a eu lieu dans les dernières heures avant le second tour et qui a donné lieu à une fuite massive de documents, les "MacronLeaks". 

Charlie Vandekerkhove