BFMTV

Macron annonce que la France va intégrer l'antisionisme à sa définition juridique de l'antisémitisme

Le président Macron a vivement dénoncé, lors du dîner annuel du Crif, la hausse des actes antisémites qui ont sévi sur le territoire français ces dernières semaines. Il a évoqué une "résurgence" de l'antisémitisme "sans doute inédite depuis la Seconde guerre mondiale".

Plusieurs annonces étaient attendues, mais une en particulier a marqué ce mercredi soir. Invité par les représentants de la communauté juive au dîner annuel du Crif à Paris, Emmanuel Macron a annoncé lors d'un discours empli d'émotion que la France allait adopter dans ses textes de référence une définition de l'antisémitisme qui intègre l'antisionisme. 

"L'antisionisme est une des formes modernes de l'antisémitisme", a affirmé Emmanuel Macron ce mercredi soir, avant d'être applaudi. 

La veille, le président Macron s'était pourtant prononcé contre la pénalisation de l'antisionisme, estimant que ce n'était "pas la bonne solution", alors que le député LaREM Sylvain Maillard, appuyé par d'autres, avait proposé de travailler sur une loi qui pénalise l'antisionisme. 

Une "résurgence inédite depuis la Guerre"

Emmanuel Macron a aussi déploré une "résurgence de l'antisémitisme sans doute inédite depuis la Deuxième guerre mondiale", alors que de nombreux actes antijuifs ont récemment été commis sur le sol français

"Depuis plusieurs années, et la situation s'est encore aggravée ces dernières semaines, notre pays, comme d'ailleurs l'ensemble de l'Europe et la quasi-totalité des démocraties occidentales, est confronté à une résurgence de l'antisémitisme sans doute inédite depuis la Seconde guerre mondiale", a déclaré le chef de l'État devant les représentants de la communauté juive. "À nouveau, depuis plusieurs années, l'antisémitisme tue en France", a-t-il poursuivi.

Plusieurs cimetières juifs ont été profanés ces derniers jours, des croix gammées ont été peintes sur le visage de Simone Veil à Paris, des arbres en hommage à Ilan Halimi ont été sciés et l'académicien Alain Finkielkraut a été victime d'injures à caractère antisémite samedi dernier lors d'un rassemblement des gilets jaunes.

Jeanne Bulant