BFMTV

Journalistes français tués au Mali: réunion de crise autour de Hollande

François Hollande s'est dit samedi déterminé "à poursuivre sans relâche la lutte contre les groupes terroristes qui restent présents au Nord du Mali"

François Hollande s'est dit samedi déterminé "à poursuivre sans relâche la lutte contre les groupes terroristes qui restent présents au Nord du Mali" - -

Les ministres des Affaires étrangères et de la Justice se sont réunis dimanche matin à l’Élysée pour une réunion de crise avec François Hollande, après la mort de deux reporters enlevés et tués au Mali.

François Hollande a convoqué une réunion à l'Elysée dimanche matin, au lendemain de la mort de deux journalistes français de RFI enlevés et tués au Mali par des hommes armés. A l'issue de la rencontre, Laurent Fabius a apporté des précisions sur les circontances de l'assassinat.

Le ministre des Affaires étrangères, accompagné de Christiane Taubira, est arrivé dimanche peu avant 09h30 à l'Elysée. La réunion a duré environ une heure.

Une délégation de RFI, conduite par sa PDG, Marie-Christine Saragosse, est aussitôt arrivée après la réunion pour être reçue par François Hollande. Elle comprend la directrice de la rédaction, Cécile Mégie, et le chef du service Afrique, Yves Rocle.

Le point sur ce qui s'est passé

Les trois points à l'ordre du jour de la réunion étaient un échange d'informations sur ce qui s'est passé, l'examen des suites judiciaires à cet assassinat et le point sur la force Serval au Mali, selon un conseiller de l'Elysée.

La ministre de la Justice y participait car le parquet de Paris a ouvert samedi une enquête samedi pour des faits d'enlèvement et séquestration suivis de meurtres en lien avec une entreprise terroriste.

L'enquête, sous l'autorité du parquet de Paris, a été confiée à la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) et à la sous-direction antiterroriste (SDAT).

Présence de la DGSE

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian était pour sa part représenté par son directeur de cabinet, Cédric Lewandowski. Le directeur de cabinet du Premier ministre, Christophe Chantepy, et le directeur de la DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure), Bernard Bajolet, étaient également présents.

Samedi, à l'issue d'un entretien téléphonique entre François Hollande et son homologue malien Ibrahim Boubacar Keïta, les deux chefs d'Etat avaient "marqué leur volonté de poursuivre sans relâche la lutte contre les groupes terroristes qui restent présents au Nord du Mali", avait indiqué l'Elysée dans un communiqué.

M.G. avec AFP