BFMTV

Interview de Macron: "Evidemment la profession va critiquer mais on s’en moque", estime Bourdin

Edwy Plenel et Jean-Jacques Bourdin sont revenus ce lundi matin sur le déroulé de l'interview présidentielle. Les deux journalistes estiment avoir été fidèles à eux-mêmes tout au long de l'exercice.

"Match de boxe", "corps à corps"... les références à un affrontement ne manquent pas au lendemain de l'interview inédite d'Emmanuel Macron. Estimant avoir été fidèles à eux-mêmes, Jean-Jacques Bourdin et Edwy Plenel assurent avoir rempli leurs obligations. "Sur la forme, évidemment la profession va critiquer mais on s’en moque", a lancé le journaliste de RMC et BFMTV.

"Ce qu’il faut dans une interview avec un président de la République, mais comme avec un leader de l’opposition, c’est ne pas être au service de l’interviewé mais poser les questions qu’on a envie de poser", s'est-il justifié.

"Porter les questions" des Français

Dimanche soir, les journalistes de Mediapart et de RMC ont offert une interview d'un genre différent, en s'affichant sans cravate ou encore en étant incisifs dans leurs questions, chahutant parfois le chef de l'Etat. "Ce sont des médias qui portent ce que disent leurs auditeurs ou leurs lecteurs. Ce sont des médias qui sont très proches de leur public et quel était notre choix (…), c’était de porter des questions que se posent les gens", précise Edwy Plenel, qui comme son confrère, ont appelé le président "Emmanuel Macron" tout au long de l'entretien. "Je ne vois pas pourquoi j'aurai cet acte déférent 'M. le président'", explique Jean-Jacques Bourdin.

"L’affichage pas de cravate, Emmanuel Macron, c’était dire 'on vous a élu, demain vous n’êtes plus président', on est pareil, on est égaux en dignité et en droit", ajoute le patron de Mediapart.

"Difficile à interrompre"

Sur le fond, les deux journalistes sont satisfaits d'avoir consacré du temps au social. "Il a tenu sa ligne (…) ce qui m’a frappé c’est qu’il n’a pas saisi l'occasion pour montrer une certaine forme de sensibilité très concrète", tranche Edwy Plenel, rappelant que l'interview a débuté avec la santé ou la justice, des sujets de préoccupation pour les Français. "Sur la dette de la SNCF, il a fait un pas", estime pour sa part Jean-Jacques Bourdin, regrettant que le président n'ait pas annoncé que l'Etat reprendrait la totalité de la dette de l'entreprise ferroviaire, "la principale revendication de l'intersyndicale". 

Les journalistes de Mediapart et de RMC concèdent que, malgré le 2h38 d'entretien, des questions comme la corruption, l'environnement ou la culture n'ont pu être abordées. "Elles étaient là, je le regrette", confie Jean-Jacques Bourdin. "On l’a quand même laissé à un moment il fallait qu’il pose son discours mais vous avez lu c’est quelqu’un de très difficile à interrompre", abonde Edwy Plenel.

Et de conclure, avec une pointe d'ironie: "Ce ne sont pas mes questions longues, contrairement à ce que disent ceux qui ne nous aiment pas, qui ont occupé le terrain, ce sont les siennes."

J.C.