BFMTV

Hollande: "Je veux exprimer toute notre gratitude à l'égard des forces de l'ordre"

Devant les maires de France, le chef de l'Etat à salué l'action des forces de l'ordre, engagées sur le terrain depuis les attaques de vendredi, et appelé à ne pas céder aux tentations de repli.

L'opération antiterroriste de Saint-Denis nous confirme que "nous sommes dans la guerre", a martelé le président de la République François Hollande, devant les maires de France rassemblés au Palais des Congrès, à Paris, ce mercredi.

L'opération menée depuis 4h20 ce mercredi matin à Saint-Denis dans le cadre de l'enquête sur les attaques perpétrées vendredi soir à Paris et Saint-Denis s'est terminée peu avant midi, et a permis l'arrestation de sept personnes, dont trois dans l'appartement visé par l'assaut.

"Au moment où je m’exprime devant vous, une opération policière particulièrement périlleuse et lourde vient de s’achever. Elle visait à neutraliser cette nuit des terroristes logés à Saint-Denis, qui sont en lien avec les auteurs des attentats et des crimes odieux de vendredi soir. Deux des terroristes sont morts dans l'assaut et il y a eu des interpellations", a déclaré le chef de l'Etat. "Ces actions nous confirment une fois encore que nous sommes dans la guerre, une guerre contre le terrorisme qui lui-même a décidé de nous mener la guerre", a-t-il ajouté.

"La France est fière de disposer de forces de cette qualité"

François Hollande a ensuite salué l'action des forces de police, mobilisées depuis vendredi soir sur le terrain, et intervenues en nombre ce mercredi matin à Saint-Denis. 

"Je veux exprimer toute notre gratitude, notre admiration à l'égard des forces de l’ordre, des policiers qui ont lancé l’opération. Ils connaissaient le danger, ils sous-estimaient sans doute encore la violence qu'ils allaient rencontrer, ils ont été jusqu'au bout de leur mission. Plusieurs ont été blessés. Et je pense aussi à ces policiers, les mêmes et d'autres, qui sont allés au Bataclan dans des conditions terrifiantes pour aller chercher les terroristes et là encore les neutraliser. La France est fière de disposer de forces de cette qualité pour protéger nos concitoyens", a-t-il ajouté.

Le chef de l'Etat a par ailleurs annoncé que le gouvernement va "aider" à "mieux protéger les policiers municipaux en finançant leurs équipements" et "en apportant aux maires qui le souhaitent les armes qui seront prélevées sur les stocks de la police nationale".

"Notre cohésion sociale est la meilleure réponse"

François Hollande a également appelé les Français à "ne pas céder aux tentations de repli" et à la peur, et affirmé que "face à la violence terroriste", il n'y a "plus de clivage partisan qui tienne".

"Notre cohésion sociale est la meilleure réponse et notre union nationale en est l'expression. Nous devons être implacables contre toute forme de haine. Aucun acte xénophobe, antisémite, anti-musulman ne doit être toléré", a lancé le chef de l'Etat. "Tous les jours, mesdames et messieurs les maires, vous vous battez pour que nos différences ne deviennent pas des divergences et des séparations. Par la terreur, Daesh veut instiller, par ses propres tueries, le poison de la suspicion, de la stigmatisation, de la division. Ne cédons pas aux tentations de repli, ne cédons pas non plus à la peur, aux excès et à la surenchère", a encore exhorté le président de la République. 

A.S. avec AFP