BFMTV

Gilets jaunes: Macron lance l'opération "consultations" à l'Élysée

Emmanuel Macron sur le perron de l'Elysée, le 12 novembre 2018

Emmanuel Macron sur le perron de l'Elysée, le 12 novembre 2018 - Ludovic MARIN / AFP

Au lendemain de la quatrième journée de mobilisation des gilets jaunes, l'Elysée a annoncé que le président de la République recevrait lundi à l'Elysée les responsables syndicaux mais aussi les présidents des associations d'élus et de l'Assemblée nationale, du Sénat et du Conseil économique, social et environnemental.

Objectif : mobilisation et action. Au lendemain de la quatrième journée de contestation des gilets jaunes, qui a rassemblé plus de 130.000 personnes dans les rues du pays, l'Elysée a annoncé ce dimanche qu'Emmanuel Macron convoquera lundi les responsables syndicaux mais aussi les présidents des associations d'élus et de l'Assemblée nationale, du Sénat et du Conseil économique, social et environnemental pour une réunion à l'Elysée.

Le président de la République, qui s'adressera par ailleurs aux Français en début de semaine, souhaite ainsi "réunir l'ensemble des forces politiques, territoriales, économiques et sociales dans ce moment grave que traverse la Nation, afin d’entendre leurs voix, leurs propositions et avec pour objectif de les mobiliser pour agir", indique l'Elysée.

"Le temps du dialogue est là"

"Nous avons sous-estimé le besoin de nos concitoyens de prendre la parole, de dire les difficultés qui sont les leurs et d'être associés à la construction des solutions", a reconnu ce dimanche sur BFMTV le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, ajoutant qu'Emmanuel Macron saura, selon lui, "retrouver le chemin du coeur des Français".

"Le temps du dialogue est là" et "il faut désormais retisser l'unité nationale", mise à mal par cette fronde populaire inédite, a quant à lui déclaré dès samedi soir le Premier ministre Edouard Philippe.

Une concertation de trois mois et demi doit démarrer samedi prochain dans toute la France, avec syndicats, élus locaux et gilets jaunes. Le gouvernement s'y est engagé afin de dégager des "mesures d'accompagnement justes et efficaces".

Me.R. avec AFP