BFMTV

Drame de Nantes: "réunion ministérielle" à Matignon

François Hollande et Manuel Valls, le 22 décembre, à l'Elysée.

François Hollande et Manuel Valls, le 22 décembre, à l'Elysée. - Patrick Kovarik - AFP

Le président de la République a chargé son Premier ministre, Manuel Valls, d'organiser dès ce mardi un réunion ministérielle après les trois drames de Joué-lès-Tours, Dijon et Nantes.

Après trois événements hors-normes en trois jours, réunion d'urgence à Matignon. François Hollande a demandé à Manuel Valls d'organiser, ce mardi midi une "réunion ministérielle" pour "mobiliser les services de l'Etat" après la série de drames survenus à Nantes, Dijon, et Joué-lès-Tours.

Autour du Premier ministre, qui devrait prendre la parole à l'issue des échanges, sont conviés le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, la Garde des Sceaux Christiane Taubira, la ministre de la Santé Marisol Touraine et celui des Transports Alain Vidalies.

Le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll ainsi que les directeurs de la police nationale et de la gendarmerie seront aussi présents.

Des actes "sans lien" entre eux

Un homme d'une quarantaine d'années a foncé lundi soir avec sa camionnette sur le marché de Noël de Nantes, faisant dix blessés dont quatre grièvement, avant de se poignarder à plusieurs reprises. La veille, un homme déséquilibré avait déjà blessé treize personnes à Dijon dans des circonstances similaires

Selon l'Elysée, ces actes "semblent sans rapport entre eux". Une analyse confirmée par Matignon mardi. Mais, comme lors du Conseil des ministres lundi matin, le chef de l'Etat "appelle les services de l'État à la plus grande vigilance".

Bernard Cazeneuve à Nantes lundi soir

"Le président a demandé à Bernard Cazeneuve (ministre de l'Intérieur, ndlr) de se rendre à Nantes" lundi soir, a informé l'Elysée. François Hollande, qui entame mardi une visite à Saint-Pierre-et-Miquelon, a aussi "demandé au Premier ministre d'organiser une réunion ministérielle mardi matin pour faire le point sur ces drames et mobiliser les services de l'Etat" et décider d'éventuelles "mesures", a-t-on précisé de même source.

Dans un communiqué, le Premier ministre avait auparavant dit sa "préoccupation" devant cette "succession de drames" et appelé au "sang-froid de tous".

Jé. M. avec AFP