BFMTV

A l'ONU, Macron se positionne en anti-Trump

A la tribune de l'Assemblée générale des Nations unies, ce mardi, le président français s'est positionné en anti-Trump, quelques instants après le discours de son homologue américain.

Prenant la parole quelques instants après Donald Trump à la tribune de la 73e session de l'Assemblée générale de l'ONU, à New York, ce mardi, Emmanuel Macron a répondu à son homologue sans le citer, adressant un vibrant plaidoyer contre l'unilatéralisme et la "loi du plus fort".

Contre la "loi du plus fort"

"L'unilatéralisme nous conduit directement au repli et aux conflits, à la confrontation généralisée de tous contre tous au détriment de chacun, même de celui à terme qui se croit le plus fort La responsabilité de la paix ne se délègue pas et se refuse pas. La loi du plus fort ne protège aucun peuple contre aucune menace que ce soit, qu'elle soit chimique, ou nucléaire", a martelé le président français.

"Nous ne devons pas exacerber les tensions régionales mais proposer un agenda plus large permettant de traiter toutes les préoccupations nucléaire, balistique, régionale, causées par les politiques iraniennes mais dans le dialogue et le multilatéralisme", a insisté Emmanuel Macron, en réponse à l'appel à "isoler l'Iran" formulé quelques minutes plus tôt par Donald Trump.

"Qu'est-ce qui permettra de régler véritablement la situation en Iran et qu'est-ce qui déjà a commencé à permettre de la stabiliser?, a demandé le président français. "La loi du plus fort? La pression d'un seul? Non!", s'est-il exclamé, prônant un "multilatéralisme fort", "réellement capable de régler les conflits". 

Pas d'accord commercial avec ceux qui ne respectent pas l'accord de Paris

Dans son discours, Emmanuel Macron a également appelé à ne plus signer d'accord commercial avec les pays qui ne respectent pas l'accord de Paris sur le climat.

"Ne signons plus d'accords commerciaux avec les puissances qui ne respectent pas l'accord de Paris", a-t-il déclaré, là encore sans citer nommément les Etats-Unis, qui en sont sortis en 2017 sous l'impulsion de Donald Trump.
Adrienne Sigel avec AFP