BFMTV

A l'ONU, Trump vante des Etats-Unis "plus forts et plus riches" qu'avant son arrivée au pouvoir

Donald Trump s'exprime à la tribune de l'Assemblée générale de l'ONU, le 25 septembre 2018.

Donald Trump s'exprime à la tribune de l'Assemblée générale de l'ONU, le 25 septembre 2018. - Timothy A. Clary - AFP

Donald Trump s'exprimait à la tribune de l'Assemblée générale des Nations unies, ce mardi, pour la deuxième fois depuis son arrivée à la Maison Blanche.

Un an après sa première allocution à la tribune de l'Assemblée générale de l'ONU, Donald Trump a repris la parole face à l'hémicycle, ce mardi, à l'occasion de la 73e session de l'AG des Nations unies, à New York.

"Les Etats-Unis sont plus forts et plus riches"

Le président américain, qui s'exprimait avec de longues minutes de retard, a commencé son discours en vantant les "progrès extraordinaires" réalisés en une année par son administration. "En un an, notre gouvernement a fait beaucoup plus que tous les gouvernements de l'histoire de notre pays réunis", s'est-il exclamé, suscitant des rires dans la salle, qui l'ont obligé à s'interrompre quelques secondes.

"Nous avons créé 3000 milliards de dollars de richesse. Le nombre de demandeurs d'emploi a atteint un taux très bas dans l'histoire. (..) Nos forces militaires seront bientôt beaucoup plus fortes que par le passé", s"est félicité Donald Trump, avant d'ajouter: "Les Etats-Unis sont plus forts, plus sûrs et plus riches que lorsque j'ai pris mes fonctions".

Avec la Corée du Nord, une initiative "audacieuse"

Le locataire de la Maison Blanche a ensuite vanté son initiative de paix "audacieuse" avec la Corée du Nord, un an après avoir directement menacé le régime de Pyongyang et qualifié Kim Jong-un d'"homme-fusée" à la même tribune. 

"Nous sommes dans une bien meilleure situation qu'auparavant. Les missiles et les roquettes ne volent plus dans toutes les directions. Nos otages ont été libérés. (...) Je tiens à remercier Kim Jong-un pour les mesures qu'ils a prises. Le plus dur reste à faire, les sanctions resteront en place jusqu'à la dénucléarisation effective", a ajouté Donald Trump. 

Une mise en garde à Damas

Le président américain s'est également exprimé sur la situation en Syrie, affirmant que les "tueurs assoiffés de sang que l'on connaît sous le nom de Daesh" ne "possèdent plus de sanctuaires en Irak et en Syrie".

"Notre objectif commun doit être de desescalader le conflit militaire", a-t-il ajouté, avant d'adresser une mise en garde au régime de Damas: "Il y aura une réponse des Etats-Unis si des armes chimiques sont utilisées par le régime de Bachar al-Assad".

Un appel à "isoler" le régime iranien

Comme attendu, Donald Trump s'en est pris à l'Iran, dont il a dénoncé la "dictature corrompue" au pouvoir, quatre mois après le retrait des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien. Depuis la tribune onusienne, le président américain a appelé la communauté internationale à "isoler le régime iranien". 

"Nous ne pouvons pas permettre au principal soutien du terrorisme dans le monde de posséder les armes les plus dangereuses de la planète", de "menacer l'Amérique" ou Israël, a-t-il martelé. "Nous demandons à toutes les nations d'isoler le régime iranien tant que son agression se poursuit" et "de soutenir le peuple iranien", a ainsi ajouté Donald Trump. 
Adrienne Sigel