BFMTV

Thomas Piketty juge Benoît Hamon "moins mégalo" que les autres candidats

L'économiste Thomas Piketty, conseiller de Benoît Hamon sur la question européenne, auteur du best-seller Le capital au XXIe siècle, était ce vendredi matin l'invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et sur RMC.

Invité vendredi matin sur BFMTV et RMC, l'économiste Thomas Piketty, soutient Benoît Hamon parce que "c'est le seul candidat vraiment européen dans cette élection", précisant qu'il n'est pas lui-même membre du PS. "Il y en a certains qui veulent faire croire qu'ils sont pour l'Europe, mais ils sont pour l'Europe d'hier, l'Europe où on ne change rien. Il y en a deux qui sont comme ça", comprendre François Fillon et Emmanuel Macron. "Il y en a deux autres: Le Pen et Mélenchon, et je ne les mets pas du tout dans le même paquet, ont comme point commun de vouloir nous embarquer dans une sortie généralisée".

François Fillon accuse maintenant François Hollande d'être derrière les affaires qui le visent, parlant d'un "cabinet noir" à l'Elysée. "Je n'ai pas l'impression", répond Thomas Piketty. "Je vois bien qu'il y a des affaires qui sortent, Bruno Le Roux, Cahuzac, Fillon, ça sort de tous les côtés, il se trouve que pour Fillon c'est particulièrement grave. Ce que je trouve triste, c'est qu'il faut qu'on débatte du fond. On a un mois. Ces affaires judiciaires prennent tout l'espace".

Hamon "peut donner l'impression qu'il s'impose moins"

Or, "sur le fond", juge l'économiste, "le candidat qui est le mieux placé pour contrer l'extrême droite, c'est Benoît Hamon". Du reste, "il est peut-être un peu moins mégalo que les quatre autres. Donc ça peut donner l'impression qu'il s'impose moins. Mais c'est plutôt une qualité: il considère qu'il n'est pas un homme providentiel". Thomas Piketty répond ici aux critiques du débat présidentiel de lundi dernier sur TF1, entre cinq des onze candidats, où Benoît Hamon a pu être jugé en retrait sur le plateau.

Thomas Piketty n'est pas convaincu par le ralliement de Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, à Emmanuel Macron. "Que les éléphants socialistes rejoignent Macron, je ne suis pas sûr que ce soit une très bonne chose pour Macron. Tout ça, ce sont des histoires d'opportunisme". L'économiste veut maintenant "convaincre les électeurs de Jean-Luc Mélenchon de voter pour Benoît Hamon pour réussir à faire masse".

dossier :

Benoît Hamon

A.L.M.