BFMTV

Nathalie Arthaud se confie dans sa relation avec ses élèves

Nathalie Arthaud, candidate LCR à la présidentielle, agrégée d'économie et professeur au lycée Le Corbusier d'Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis, était ce mercredi matin l'invitée de Bourdin 2017-Entretien d'embauche sur BFMTV et sur RMC.

Invitée mercredi matin sur BFMTV et RMC, Nathalie Arthaud s'est confiée sur sa relation avec ses élèves du lycée Le Corbusier à Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis. L'agrégée d'économie encourage-t-elle ses élèves à entreprendre? "Non, je les encourage à se défendre, à s'organiser, à prendre confiance en eux dans ce qu'ils représentent. Mes élèves à Aubervilliers, ils appartiennent à la classe populaire, à la classe ouvrière, et ils savent ce que c'est, les petits boulots, la galère du chômage, et ils savent que lorsqu'ils sont en difficulté, leur force, c'est l'organisation collective".

Nathalie Arthaud assure leur transmettre des valeurs, en leur expliquant "qu'on peut gérer cette société collectivement, démocratiquement, fraternellement, sans avoir cette couche qui domine, et qui par sa loi du profit, de la rentabilité, écrase tout sur son passage: la situation des travailleurs, mais aussi l'environnement, les relations entre les peuples. D'où viennent ces guerres? Ce sont les rivalités impérialistes, les intérêts des grands groupes capitalistes qui se heurtent au Moyen-Orient".

"Mes élèves sont révoltés par le chômage"

Dans les habits du professeur d'économie, la candidate LCR explique à ses élèves qu'un autre monde est possible: "Je leur dis: c'est possible! La jeunesse, elle a ça de frais et d'enthousiasmant: elle n'a pas encore les œillères, on ne les a pas encore complètement convaincus que cette société est intangible. Ces jeunes, ils rêvent, mais beaucoup ne rêvent pas de leur sort individuel. Beaucoup rêvent de l'ensemble de la société. Je sais que l'individualisme domine, qu'on nous l'inculque, mais beaucoup de jeunes savent que si la société va mal, ça ira mal pour eux aussi, donc on est uni dans la même galère".

Nathalie Arthaud respecte "bien sûr" le programme d'économie: "Je n'ai pas besoin de dire quoi que ce soit pour que mes élèves soient révoltés par le chômage, par les licenciements et les fermetures d'usines. PSA à Aulnay (une ville de Seine-Saint-Denis voisine d'Aubervilliers, où elle enseigne, NDLR), ils en avaient parlé, ils avaient de la famille qui y bossait. Je peux vous dire que ça les révolte. Vous savez, cette idée de flexibilité vraiment courante, les jeunes ils savent l'exprimer: 'Mais nous on n'est pas des machines, on ne peut pas être branchés, débranchés, on a une vie'. Cette jeunesse des quartiers populaires a instinctivement le sens de ses intérêts".

A.L.M.