BFMTV
Présidentielle

"Indigne", "consternant": de Mélenchon à Le Pen, les politiques dénoncent les propos de Macron sur les non-vaccinés

Les propos d'Emmanuel Macron, qui explique ce mardi soir vouloir "emmerder les non-vaccinés", valent au chef de l'État une pluie de critiques au sein du monde politique.

Emmanuel Macron sous le feu des critiques. Ses adversaires politiques l'attaquent vigoureusement ce mardi soir pour ses propos dans une interview donnée au Parisien. Interrogé sur les non-vaccinés, le chef de l'État expliquait ainsi avoir "très envie de les emmerder".

"Le président maîtrise-t-il ce qu'il dit? L'OMS dit 'convaincre plutôt que contraindre'. Et lui? 'Emmerder davantage'. Consternant", réagit Jean-Luc Mélenchon (LFI) sur Twitter.

"Aveu sidérant de Macron. C’est clair, le pass vaccinal est une punition collective contre la liberté individuelle", ajoute-t-il dans un deuxième message.

"Macron est indigne de sa fonction"

Interrogé sur BFMTV, son soutien Éric Coquerel, député LFI, regrette aussi les mots du président dans une période "où l'on n'a vraiment pas besoin de tensions, de divisions, de discrimination".

Beaucoup de réactions utilisent la phrase "un président ne devrait pas dire ça", en référence au livre des journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme sur François Hollande, qui avait provoqué un séisme politique en 2016. La phrase avait été prononcée directement par l'ancien président socialiste.

La première à avoir utilisé cette citation est Marine Le Pen. Elle a dénoncé une phrase qui fracturait la société. "Un président ne devrait pas dire ça. Le garant de l'unité de la nation s'obstine à la diviser et assume vouloir faire des non-vaccinés des citoyens de seconde zone. Emmanuel Macron est indigne de sa fonction. En avril, je serai la présidente de tous les Français", écrit la candidate RN à l'élection présidentielle sur les réseaux sociaux.

"Il fait le tri entre les bons et les mauvais Français"

Même son de cloche chez Éric Zemmour. Peu après l'avoir attaqué en l'accusant de vouloir "voler l'élection", le candidat d'extrême droite déclare: "Président, j'arrêterai d'emmerder les Français. Le président sortant, lui, parle ouvertement d'emmerder une catégorie de Français".

"Il clive, divise alors que le pays n'a jamais été autant fracturé. Il a dit avoir appris à aimer les Français, ça n'a pas duré. Évidemment, ça interroge sur la présidentialité d'Emmanuel Macron", estime l'entourage de Valérie Pécresse auprès de BFMTV, alors que la candidate LR doit s'exprimer demain.

Chez les autres candidats, Fabien Roussel (PCF), dénonce un "propos indigne et irresponsable du président de la République. 7 millions de Français vivent dans des déserts médicaux et sont éloignés des soins, comme du vaccin. Il les 'emmerde' aussi?", questionne-t-il sur Twitter.

Sur Twitter, la porte-parole du candidat écologiste à la présidentielle Yannick Jadot, Delphine Batho, assure qu'il faut "convaincre pour la vaccination et rassembler, et non diviser par des provocations contre-productives". Ancienne candidate à l'investiture écologiste, Sandrine Rousseau dénonce, elle, une manœuvre politicienne: "On ne va parler que de cette phrase pendant plusieurs jours et pas du tout de la situation de l’hôpital au moment où cela va tanguer. Le candidat Macron est en campagne."

Anne Hidalgo, elle, s'est contentée de publier un tweet quelque peu énigmatique en citant Emmanuel Macron et en ajoutant simplement: "Réunir la France".

Ancien soutien de LaREM, le député Aurélien Taché estime sur BFMTV que "le premier des irresponsables, ce soir, c'est Emmanuel Macron. (...) C'est la première fois que je vois un président de la République assumer de ne pas être le président de tous les Français". Il reproche au chef de l'État de "faire le tri entre les bons et les mauvais Français".

Un point de vue partagé par Nadine Morano, député européenne LR, qui va encore plus loin. "C'est la démonstration de ce qu'il est vraiment, il se comporte en petit dictateur", a critiqué l'ancienne secrétaire d'État sur BFMTV, parlant d'un "scandale".

Anthony Audureau