BFMTV

Ils feront 2017: Benjamin Lucas, président frondeur des jeunes socialistes

Benjamin Lucas, le président du Mouvement des jeunes socialistes, a initié son engagement avec les manifestations anti-CPE.

Benjamin Lucas, le président du Mouvement des jeunes socialistes, a initié son engagement avec les manifestations anti-CPE. - BFMTV

L'engagement de Benjamin Lucas a commencé avec les manifestations anti-CPE de 2006. Aujourd'hui président du Mouvement des jeunes socialistes, il s'oppose à la ligne de Manuel Valls.

Le pupitre du discours de François Hollande au Bourget a été "retapé et repeint par [ses] soins". Benjamin Lucas, le président du Mouvement des jeunes socialistes (MJS), n’hésite pas à passer par la symbolique, comme lors du rassemblement "Ma République, c’est l’égalité". A 25 ans, il marque le début de son engagement par le militantisme en 2006, lors des manifestations anti-CPE (Contrat de première embauche).

Un frondeur qui prend les conseils "de tout le monde"

Etudiant en droit à l’université d’Amiens, Benjamin Lucas est né de parents enseignants et encartés au PS. Il fait désormais pleinement partie de la vie politique socialiste, tout en se révélant frondeur. 

"Bien sûr j’ai des affinités politiques et personnelles avec pas mal de dirigeant socialistes, mais je vois tout le monde et je prends les conseils de tout le monde", réagit ce proche Benoît Hamon.

Il n’hésite pas à montrer ses désaccords avec la gauche de gouvernement et plus particulièrement avec la ligne sécuritaire de Manuel Valls. Benjamin Lucas s’est logiquement opposé à la déchéance de nationalité et a participé aux manifestations contre la loi Travail, promulguée ce mardi au Journal officiel.

Discrétion en vue de la primaire

Le président du MJS ne compte pas prendre position pour un candidat en particulier pendant la primaire, mais il entend peser sur les débats. Lors de la rencontre "Ma République, c’est l’égalité" organisée par son mouvement, Benjamin Lucas a par exemple invité Najat Vallaud-Belkacem et Christiane Taubira.

Son mandat de chef de file des jeunes socialistes s’achèvera fin 2017, soit quelques mois après la présidentielle et les législatives. 

M.L.