BFMTV

Dupont-Aignan: "Il n’y aura pas un centime du FN dans mon parti"

Le président de Debout la France a également annoncé ce lundi sur BFMTV-RMC avoir reçu 450.000 euros de dons pour éponger ses frais de campagne présidentielle.

Invité de BFMTV-RMC ce lundi matin, Nicolas Dupont-Aignan a contesté toute motivation financière à son choix de soutenir Marine Le Pen au deuxième tour de la présidentielle.

Face à Jean-Jacques Bourdin qui lui faisait remarquer sur son alliance avec la candidate du FN allait lui permettre de rembourser ses frais de campagne présidentielle, le président de Debout la France s’est récrié:

"Monsieur Macron ne pense qu’à l’argent, il ne peut pas concevoir qu’on fasse quelque chose pour des idées. Ma campagne présidentielle est totalement équilibrée, grâce à la souscription qu’on a lancée. Elle a permis de réunir 450.000 euros de dons. Il n’y aura pas un centime du Front national dans le parti Debout la France."

Une "combine", pour Macron

Emmanuel Macron a qualifié l’accord entre Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan de "combine" destinée notamment à régler les "problèmes de financement" de ce dernier.

Xavier Bertrand, le président LR de la région Hauts-de-France, n'a pas dit autre chose dimanche sur le plateau de BFM Politique:

"Monsieur Dupont-Aignan dit à Madame Le Pen 'je n’ai pas fait 5%, donc si vous pouviez éponger mes dettes de la présidentielle, et si je pouvais aussi avoir des places pour les législatives'".

"Un accord politique"

Une accusation démentie dans la foulée par Marion Maréchal-Le Pen. Sur notre antenne, la nièce de Marine Le Pen a affirmé qu'il n'y avait "pas d'accord financier" mais un "accord politique" entre sa tante et de le député de l'Essonne.

Nicolas Dupont-Aignan avait réuni moins de 5% des voix au premier tour de la présidentielle (4,7%), ce qui l’empêchait de bénéficier d’un remboursement total de ses frais de campagne.

G. de V.