BFMTV

Bayrou sur l'entrée en campagne de Zemmour: "Je n'aime pas taper sur des gens déjà à terre"

Eric Zemmour a officiellement annoncé sa candidature à l'élection présidentielle ce mardi. Le patron du MoDem estime que le désormais candidat "traverse un moment très difficile".

Après sa déclaration de candidature et sa prestation dans le 20H de TF1, Eric Zemmour, désormais en lice pour la présidentielle, essaie de tourner la page d'une piteuse séquence médiatique à Marseille. Chahuté dans la cité phocéenne, le polémiste a conclu ce déplacement par un doigt d'honneur à une passante.

Sur BFMTV-RMC ce mercredi matin, François Bayrou a jugé son entrée en campagne peu réussie.

"Un moment très difficile pour lui"

"C’est plus facile de critiquer les politiques que de s'avancer sur le ring et devenir soi-même un acteur du jeu. Je n’aime pas taper sur les gens qui sont déjà à terre. C’est un moment très difficile pour lui", a estimé le Haut-commissaire au Plan.

A la sortie du plateau de TF1 ce mardi soir, Eric Zemmour a dénoncé une "interview de procureur", une "escroquerie intellectuelle", reprochant au journaliste Gilles Bouleau d'avoir "voulu faire son malin".

"Il va avoir du mal avec les signatures"

"C'était une interview d'un procureur. Devant les autres, il (Gilles Bouleau) s'efface, poliment, humblement, parfois de façon larvaire. Avec moi, il s'est révélé un procureur pugnace, de mauvaise foi, me sortant des phrases de mon livre hors de leur contexte", s'est encore exaspéré le polémiste.

"Il a choisi des thèmes excessifs et la fébrilité qu’il a montré hier montre qu’il sent lui-même que ces thèmes ne correspondent pas à l’opinion. Il va avoir du mal pour les signatures (des maires)", a analysé François Bayrou.

Le candidat déclare pour l'instant avoir recueilli "entre 250 et 300 signatures". 500 parrainages d'élus locaux sont nécessaires pour pouvoir se présenter à la présidentielle.

Marie-Pierre Bourgeois