BFMTV

Affaire Penelope Fillon: les fuites ne viennent "pas de notre camp", assure Retailleau

Bruno Retailleau

Bruno Retailleau - BFMTV

L'enquête sur des soupçons d'emplois fictifs de l'épouse de François Fillon avance rapidement: le candidat de la droite à la présidentielle et Penelope Fillon ont été entendus plusieurs heures lundi, au lendemain du grand meeting censé relancer sa campagne. Mais pour le coordinateur de la campagne Bruno Retailleau les informations divulguées dans la presse sont "une boule puante" venue de l'opposition:

"Derrière les journalistes, il y a des sources. (...) Non, ça ne vient pas de notre propre camp, j'en suis quasiment certain. Cherchez à qui profite le crime?", a déclaré le patron des sénateurs LR sur BFMTV et RMC mardi. 

"Emmanuel Macron", interroge Jean-Jacques Bourdin. "Je n'accuse pas Emmanuel Macron", répond Bruno Retailleau alors qu'un sondage publié dimanche soir place François Fillon au coude à coude avec l'ex-ministre de l'Economie. "Macron c'est 'bla-bla land' ! Dis-moi qui te soutient, je te dirai qui tu es", a jugé le coordinateur de la campagne. 

Alors que la polémique sur les soupçons d'emploi fictif de Penelope Fillon bat son plein, des tweets de Rachida Dati datant de 2014 suscitent interrogations et suppositions. La maire du 7e arrondissement de Paris accusait François Fillon de ne pas être "transparent".

S.A.