BFMTV

Municipales: "l'abstention et le FN gagnent le 1er tour", constate la presse

Au terme de ce premier tour, "les Français expriment leur colère", note "Le Parisien".

Au terme de ce premier tour, "les Français expriment leur colère", note "Le Parisien". - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

REVUE DE PRESSE - Vos quotidiens régionaux sont d'accord sur les enseignements majeurs à tirer de ce premier tour des élections municipales: une abstention record, des scores inédits pour le Front national, et un sévère désaveu pour François Hollande et son gouvernement.

"L'abstention et le FN gagnent le premier tour": la une du Courrier Picard résume bien l'analyse de la plupart des éditorialistes des grands quotidiens régionaux ce lundi matin. "Une vraie claque" pour la majorité actuelle, remarque Le Maine Libre, qui souligne comme toute la presse "la percée spectaculaire du Front national". C'est même "une droite pour la gauche", titre malicieusement Le Havre Libre.

De fait, la lecture du premier tour est nette: on assiste à "une forte poussée à droite", titre Ouest France, qui parle d'un véritable "désaveu" pour la majorité actuelle. "Le premier constat est sans appel", analyse l'éditorialiste Michel Urvoy: "s'il est habituel de sanctionner le pouvoir dans des élections intermédiaires, il est rare de le faire dans de telles proportions".

"Allô, ici le Titanic"

La leçon a été entendue au plus haut: "Ca s'appelle une déculottée!", conclut crûment un conseiller ministériel cité par Le Parisien. Le quotidien rapporte encore le cri du coeur d'un vieil ami de François Hollande, dimanche soir vers 21 heures, lorsqu'il décroche son téléphone: "Allô, ici le Titanic!"

Après l'effondrement du candidat PS Patrick Mennucci, avec seulement 20,77% des voix à Marseille, le journal La Marseillaise préconise "un sursaut nécessaire pour la gauche". Voici "la politique gouvernementale sanctionnée" et, malheureusement, du côté de l'abstention, "un nouveau record à battre". La proportion des abstentionnistes atteint "un niveau jamais vu dans un premier tour des élections municipales". Au-delà des enjeux locaux, François Hollande se retrouve "interpellé" dans les urnes.

L'exemple de Marseille est assez représentatif du profil de ce premier tour: La Provence observe "la tornade Gaudin", le maire UMP sortant loin devant avec 37,64%, "la surprise Ravier", le candidat FN qui se hisse en deuxième position avec plus de 23% des voix, devant "le flop Mennucci", le candidat PS relégué à la troisième place, juste au-dessus des 20%.

Dans ces conditions, "c'est évidemment au PS que cette élection va donner mal à la tête", prédit Michel Urvoy dans Ouest France. "La probabilité que le Sénat, aujourd'hui sans majorité, revienne à droite s'est fortement accrue hier soir". François Hollande, lui, "va devoir accélérer les réformes de nature à relancer l'économie; remanier - peut-être plus vite et plus fort que prévu - l'équipe gouvernementale. Voire changer de Premier ministre".

Le FN au plus haut

"Alors que la gauche s'écroule", voici "Perpignan sous le choc FN", titre L'Indépendant. De fait, Louis Aliot, le compagnon de Marine Le Pen, sort nettement en tête du premier tour avec 34,2%. Le journal parle même d'une "claque FN" à Béziers: Robert Ménard, soutenu par le Front national, frôle l'élection au premier tour avec 45% des voix.

"Le FN confirme, l'UMP talonne", titre Var-Matin en prenant l'exemple de Brignoles, l'une des villes où le candidat Front national sort en tête du premier tour: Laurent Lopez obtient ici 37,07%. A Fréjus encore, le FN David Rachline est "loin devant" ses poursuivants avec 40,3%.

Mais plus encore, à l'autre bout de la France, La Voix du Nord place à sa une la "victoire coup de poing de Steeve Briois (FN) à Hénin", dans le Pas-de-Calais, élu dès le premier tour avec 50,26% des voix.

"Les habitants d'Hénin-Beaumont n'ont pas fini de voir défiler des journalistes venus découvrir à quoi ressemblent des électeurs hier de gauche et aujourd'hui frontistes", prédit l'éditorialiste Jean-Michel Bretonnier, de La Voix du Nord. "La terre ouvrière sur laquelle Marine Le Pen a jeté son dévolu avait besoin d'un discours 'social', le Front national n'a donc pas lésiné sur les promesses démagogiques pour faire croire à son revirement idéologique".

La participation au plus bas

Le Front national qui se hisse au plus haut, le PS qui se retrouve sanctionné... Si ce premier tour des municipales est lisible dans les urnes, il l'est aussi en dehors, au point qu'"il est difficile voire impossible de faire autrement que de débuter (...) par le triste affichage d'un score d'abstention à 37,9%", déplore Marcel Clairet à la une de La Presse de la Manche.

"Comment ne pas sérieusement s'inquiéter de cette (...) France désabusée. (...) Ce comportement est d'autant plus grave qu'il offre aujourd'hui au Front national, particulièrement, la possibilité de réaliser une spectaculaire percée", commente-t-il.

De fait, les seize millions d'abstentionnistes "forment le premier parti de France", note Le Parisien. "Plus inquiétant, la défiance des citoyens envers les politiques frappe désormais les élus locaux aussi, alors que le maire est traditionnellement l'élu préféré des Français".

C'est en somme "un camouflet pour le PS et Hollande, un succès pour le FN, une revanche pour la droite", résume Le Parisien, et si l'on y ajoute cette "abstention inquiétante, le scrutin d'hier bouscule la donne politique".

Élections

Les résultats dans votre ville

  • Ex : Lyon, 69 ou Lyon, 69002
  • Sélectionnez votre électionPrésidentielle 2002Présidentielle 2007Législatives 2007Présidentielle 2012Législatives 2012Municipales
Alexandre Le Mer