BFMTV

Municipales à Paris: Macron demande à Villani de "se rapprocher" de Griveaux

Accueilli à l'Elysée pour un entretien avec le chef de l'État, le mathématicien dissident de LaREM était acculé à prendre une décision. Quelques minutes après, Cédric Villani a annoncé qu'il maintenait sa candidature.

Le président de la République est finalement descendu dans l'arène parisienne... pour se voir essuyer un refus poli mais non moins cinglant. À la suite de son entretien avec Cédric Villani à l'Elysée ce dimanche, Emmanuel Macron a fait savoir qu'il souhaitait voir celui-ci "se rapprocher de Benjamin Griveaux", le candidat officiel de La République en marche aux municipales dans la capitale. Dans la foulée, le candidat dissident à la mairie de Paris a fait savoir qu'il se maintenait dans la course.

Le chef de l'État a reçu le mathématicien pendant près d'une heure au Château. Une "conversation agréable", a rapporté l'intéressé face aux médias l'attendant à la sortie, parmi lesquels BFMTV. "Je sais ce que je dois au président de la République", a déclaré Cédric Villani. Mais rien n'y fait. "Aujourd'hui, j'acte une divergence majeure", a-t-il asséné quelques minutes après son entretien.

"Entre l’appartenance à un appareil politique et l’engagement pour la ville qui m’a fait, je choisis de rester fidèle aux Parisiennes et aux Parisiens en maintenant ma candidature librement", a ajouté Cédric Villani, défendant mordicus son concept de "coalition climat", qui s'appuie principalement sur une main tendue au candidat écologiste David Belliard.

Quelques jours auparavant, LaREM avait haussé le ton en brandissant l'hypothèse d'une exclusion de Cédric Villani s'il ne retirait pas ses listes avant la fin du mois de février. Ce à quoi le mathématicien avait répondu en accusant ni plus ni moins LaREM de trahir son ADN. Il affirmait par ailleurs qu'à ce stade, rien ne lui ferait abandonner la course. Pas même une intervention d'Emmanuel Macron, visiblement.

Divorce avec Macron?

Le député de l'Essonne est pourtant au pied du mur. Jaugé à 10% d'intentions de vote dans le dernier sondage Odoxa publié par Le Figaro ce dimanche, il est distancé par David Belliard (14,5%) et, surtout, par Benjamin Griveaux (16%). En sachant bien sûr que ces études ont une valeur discutable, dans la mesure où l'élection parisienne se joue sur 17 arrondissements. 

Malgré ce trou d'air, Cédric Villani a donc décidé de contrevenir à l'injonction présidentielle et, ce faisant, d'acter une forme de divorce avec la macronie. Du côté de l'Elysée, on précisait auprès de BFMTV que le rapprochement Villani-Griveaux était censé s'inscrire "dans une démarche d'unité et de rassemblement, afin de faire converger leurs projets". De fait, Emmanuel Macron a choisi de soutenir indirectement l'ancien porte-parole du gouvernement, qui était l'un de ses premiers grognards. 

Désormais, Benjamin Griveaux sait qu'il ne pourra pas compter sur une quelconque réconciliation tardive avec son rival. Lequel, délesté de ses attaches partisanes, a le champ plus libre pour retenter des alliances avec les écologistes ou, qui sait, avec Anne Hidalgo à la faveur d'un second tour où celle-ci surnagerait. Après tout, Cédric Villani avait dirigé son comité de soutien aux municipales de 2014. 

dossier :

Emmanuel Macron

Jules Pecnard