BFMTV

Municipales à Paris: Cédric Villani promet d'"aller jusqu'au bout"

Invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV-RMC, Cédric Villani a défendu sa candidature dissidente face à Benjamin Griveaux, qui espère toujours un ralliement d'ici au scrutin de mars 2020.

Cédric Villani est désormais officiellement candidat à la mairie de Paris. Après un été à laisser planer le doute et malgré l'investiture LaREM de Benjamin Griveaux par LaREM, le député de l'Essonne s'est déclaré mercredi soir.

"Je me lance dans une démarche libre, indépendante, parce que je pense que c'est la démarche qui permet de rassembler", défend-il ce jeudi sur BFMTV-RMC. 

Quel avenir à LaREM?

Officiellement, son rival Benjamin Griveaux assure encore croire au rassemblement d'ici l'élection de mars 2020. "Ma conviction c'est que nous irons rassemblés", déclare-t-il ce jeudi sur RTL. Cédric Villani lui assure qu'il y aura bien un bulletin à son nom dans les bureaux de vote le jour de l'élection.

"Je m'engage dans cette course pour aller jusqu'au bout", affirme-t-il, assurant avoir prévenu Emmanuel Macron de sa candidature.

Restera-t-il à La République en marche? "Je n'ai fait aucune demande ni pour rester ni pour partir, jugeant que ce n'était pas à moi de décider (...). Je ne suis pas un homme d'appareil et je ne le serai jamais", explique Cédric Villani. Pour l'heure, Benjamin Griveaux comme le chef des députés LaREM se sont prononcés contre son exclusion. 

"Beaucoup de coups à prendre"

Malgré sa candidature dissidente, Cédric Villani assure que le rassemblement aura lieu. "Il y aura bien sûr du rassemblement, des convergences. A la fin, ce qui compte c'est qu'on arrive à trouver ensemble le meilleur projet pour cette ville", déclare-t-il, assurant discuter "régulièrement" avec le MoDem ou encore avec le député de Paris Pierre-Yves Bournazel, également candidat à la mairie de Paris. 

"Je n'ai aucune illusion sur le fait que quand je me lance dans une bataille, il va y avoir beaucoup de coups à prendre", admet Cédric Villani. 

Le député de l'Essonne prévoit de présenter son programme d'ici décembre ou janvier. Un programme notamment axé sur l'écologie qu'il souhaite "servie par les sciences et la technologie". 

Carole Blanchard