BFMTV

Municipales à Paris: Buzyn annonce son programme, amputé de deux mesures phares de Griveaux

Agnès Buzyn, ex-ministre de la Santé, candidate LaREM à la mairie de Paris, le 18 février 2020 dans rues de la capitale

Agnès Buzyn, ex-ministre de la Santé, candidate LaREM à la mairie de Paris, le 18 février 2020 dans rues de la capitale - Christophe Archambault - AFP

Comme prévu, l'ex-ministre des Solidarités et de la Santé écarte la construction d'un "Central Park" parisien à la place de la Gare de l'Est. Elle garde en revanche la mise en place d'une police municipale armée.

"Je me sens parisienne", assure Agnès Buzyn. L'ancienne ministre des Solidarités et de la Santé, propulsée candidate de La République en marche aux élections municipales à Paris il y a bientôt une semaine, dévoile son programme dans une interview accordée au Journal du Dimanche ainsi qu'à BFM Paris. Ce programme "relooké" comporte quelques correctifs par rapport à celui de Benjamin Griveaux. 

Deux mesures notables ont été écartées. D'abord la construction d'un "Central Park" parisien à la place de la Gare de l'Est, dont Agnès Buzyn estime qu'elle ne constitue pas une urgence. Candidate de l'apaisement affiché, l'ex-ministre juge cet ambitieux projet en contradiction avec le besoin de réduire l'ampleur des travaux dans la capitale. 

Maintien de la police municipale armée

Autre proposition de Benjamin Griveaux qui n'a pas été retenue, celle des 100.000 euros d'apport versés par la mairie aux ménages, sous conditions de ressources, afin de les aider à devenir propriétaires à Paris. Pas convaincue par la mesure, Agnès Buzyn argue qu'à chaque fois que l'on soutient la demande, le coût de l'offre augmente mécaniquement. 

Selon nos informations, l'ex-ministre aurait prévenu son prédécesseur de ces nouvelles orientations. Elle garde toutefois dans son programme la promesse de créer une police municipale dont les agents seront munis d'une arme létales, notamment car les policiers sont d'après elle une cible. Agnès Buzyn estime que, s'agissant du maniement desdites armes, la police municipale est "très bien formée". 

Volets technologique et écolo

Sur d'autres volets, la candidate LaREM en dit davantage sur ses ambitions pour Paris. Elle estime qu'au plan de l'innovation technologique, la capitale ne peut pas ne pas être à la pointe. En citant en exemple l'amélioration de la circulation par le biais de l'intelligence artificielle, Agnès Buzyn prend à son compte une mesure également portée par Cédric Villani, dissident LaREM encore dans la course mais dont les intentions de vote stagnent. 

Selon l'ex-ministre de la Santé, la maire sortante Anne Hidalgo a favorisé une catégorie de personnes au détriment des autres: les actifs adeptes du vélo. Auprès de BFM Paris, elle affirme que faire du vélo, "c'est un moment dans la vie". "À 70 ans ce n'est pas possible, pareil pour une mère avec deux enfants en bas âge", juge-t-elle. 

Sur la question écologique, Agnès Buzyn estime que "la ville n'est pas du tout préparée au changement climatique".

"Elle est beaucoup trop minérale. L’ombre est une question centrale. Par exemple dans les coups d’école il n’y a plus d’ombre. Il faut planter beaucoup d’arbres mais pas question de faire une course à l’échalote sur le nombre d’arbres à planter à Paris. L’idée est de faire de véritables espaces d’ombre", insiste-t-elle.
Jules Pecnard avec Barthélémy Bolo