BFMTV

Municipales à Lyon: David Kimelfeld, "libre des appareils politiques", lance sa campagne

Après s'être vu refuser l'investiture LaREM pour les prochaines élections municipales et métropolitaines à Lyon, David Kimelfeld a lancé sa campagne mercredi se disant "libéré".

Le président sortant de la métropole de Lyon David Kimelfeld, à qui l'investiture LaREM a échappé au profit de son ancien mentor Gérard Collomb, a lancé mercredi soir sa campagne.

"Aujourd'hui, nous sommes libérés parce que nous sommes tendus vers un objectif, qui est de gagner, les choses se clarifient on va maintenant pouvoir concrètement travailler", a déclaré devant la presse David Kimelfeld, qui a tenu son premier meeting de campagne devant "un millier de personnes", selon son entourage.

Une bataille qui a laissé des traces

La commission nationale d'investiture de LaREM a tranché lundi en faveur de Gérard Collomb, marquant ainsi la fin d'un feuilleton de plusieurs mois, opposant l'homme fort de Lyon, élu maire en 2001, et David Kimelfeld, qui lui avait succédé à la tête de l'agglomération au moment de son départ au gouvernement.

"Tout le monde attendait ça pour qu'on sorte des conversations de salon, pour être dans nos rues, dans nos villes, pour faire nos propositions avec les habitants de la métropole, c'est ce qui compte aujourd'hui", a ajouté celui qui s'est dit désormais "libre de tous les appareils politiques".

La bataille pour l'investiture LaREM a toutefois laissé des traces: David Kimelfeld a dénoncé des "négociations illusoires" et des "dialogues biaisés", sans jamais citer Gérard Collomb.

Retrait de la candidature d'Anne Brugnera

Refusant d'"entrer dans la controverse", David Kimelfeld a assuré qu'il ne ferait "campagne contre personne mais pour un projet", appelant cependant la République en Marche à ne "pas tourner le dos à ce qui l'a fondée", à "ses engagements".

Candidat à la ville de Lyon et soutien de David Kimelfeld, Georges Képénékian, qui avait assuré l'intérim à la mairie durant le passage de Gérard Collomb au ministère de l'Intérieur entre 2017 et 2018, a estimé qu'un "nouveau chapitre" s'ouvrait.

Par ailleurs, la députée du Rhône Anne Brugnera a annoncé mercredi dans un communiqué qu'elle retirait sa candidature à l'investiture LaREM pour la ville de Lyon fustigeant notamment "les atermoiements de la commission nationale d'investiture" et "la contradiction" du parti macroniste "qui dit promouvoir les femmes en politique". LaREM n'a pas encore désigné de candidat pour la mairie lyonnaise.

B.R. avec AFP