BFMTV

Fracture au sein de LaREM à Lyon après le soutien des Jeunes avec Macron à David Kimelfeld

Les Jeunes avec Macron du Rhône ont publié mardi un communiqué pour soutenir David Kimelfeld, candidat malgré l'investiture donnée par le parti présidentiel à Gérard Collomb.

Le duel David Kimelfeld - Gérard Collomb prend une nouvelle ampleur dans le Rhône. L'équipe des Jeunes avec Macron du département a apporté mardi son soutien à l'actuel président de la Métropole de Lyon, qui doit donner ce mercredi soir son premier meeting de campagne dans le 3e arrondissement de Lyon.

Après l'annonce de la candidature de Georges Képénékian à la mairie de Lyon, décision saluée par David Kimelfeld donnant l'idée d'un ticket entre les deux hommes, la fracture continue de s'amplifier au sein de LaREM.

Gérard Collomb, symbole de "l'ancien monde"

Dans un communiqué, les Jeunes avec Macron du Rhône disent regretter l'investiture de LaREM accordée à Gérard Collomb "élu depuis 1977 et après s’être montré hostile vis-à-vis de notre mouvement et du gouvernement". 

"Nous regrettons profondément cette décision qui va à l’encontre des valeurs que nous défendons et du renouvellement que notre mouvement porte depuis sa création", poursuivent les Jeunes avec Macron, qui définissent le maire de Lyon comme "un réactionnaire (...) en retard sur les questions environnementales", avec une vision de l'économie "datée", qui n'est "plus en phase avec les attentes des jeunes". 

Gérard Collomb "représente une forme de baronnie locale de l’ancien monde dont les Jeunes Lyonnaises et les Jeunes Lyonnais ne veulent plus", conclut le communiqué.

Le référent des Jeunes avec Macron suspendu

La réaction de la direction du mouvement ne s'est pas fait attendre: le référent du groupe des Jeunes avec Macron du Rhône a été mis à pied dans la foulée. Invité sur BFM Lyon ce mercredi, Augustin Michaely a affirmé que lui et les autres membres de l'équipe sont "en accord avec (leurs) convictions". 

"Notre jeunesse attend une transmission, une écoute. Et cette écoute, on l'a chez David Kimelfeld", a assuré le référent suspendu, selon qui Gérard Collomb "représente un passé" malgré son bilan. 

Logiquement, à la question: "fera-t-il campagne avec David Kimelfeld?", la réponse est affirmative: "oui". Et de préciser dans la foulée: "toujours avec bienveillance". Gérard Collomb, qui s'est posé mardi en rassembleur à l'occasion de sa première conférence de presse, appréciera.

Benjamin Rieth