BFMTV

"Les Balkany ont fait leur temps": à Levallois-Perret, les opposants se préparent pour les municipales

Isabelle et Patrick Balkany au conseil municipal de Levallois-Perret, le 15 avril 2019

Isabelle et Patrick Balkany au conseil municipal de Levallois-Perret, le 15 avril 2019 - STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Après la condamnation du couple Balkany pour fraude fiscale et blanchiment, leurs opposants entament leur campagne pour les prochaines municipales de mars 2020.

Maire de Levallois-Perret depuis plus de 18 ans, Patrick Balkany pourra-t-il se représenter aux prochaines élections municipales de mars 2020? Condamné pour fraude fiscale et blanchiment aggravé, l'élu Les Républicains, incarcéré depuis le 13 septembre dernier à la prison de la Santé, sera fixé ce lundi sur sa première demande de remise en liberté. Pour éventuellement sortir de prison, il lui faudra toutefois attendre le verdict de la justice sur sa deuxième réclamation portant sur sa condamnation pour blanchiment. 

En attendant l'issue de cette saga judiciaire qui tient la commune des Hauts-de-Seine en haleine depuis de longues années, son épouse Isabelle, elle-même condamnée pour blanchiment, assure l'intérim en tant que première adjointe. En face, pour leurs opposants, la campagne pour les municipales se met déjà en place.

"Il faut qu'il sorte du jeu"

À droite, Arnaud de Courson, président du groupe divers droite au conseil municipal de Levallois-Perret, estime que le couple Balkany "a fait son temps" et appelle à "aller de l'avant".

"Quand on va aux Jeux olympiques, on n'envoie pas les sportifs dopés. Il faut qu'il sorte du jeu, qu'il démissionne. Je pense que c'est ce qu'il peut faire de mieux pour Levallois, pour les Levalloisiens", confie-t-il. "Avec bon sens, trouvons les gens qui vont œuvrer pour l'avenir de Levallois", lance le conseiller départemental des Hauts-de-Seine.

Du côté de La République en marche, la candidature de Maud Brégeon, référente départementale du mouvement, a été officialisée début septembre. La jeune femme de 28 ans, ingénieure, assure ne pas se présenter "contre des gens" mais pour un projet et pour la population. Elle reconnaît toutefois que "les modes de fonctionnement des Balkany" ne sont pas "respectueux" pour les Levalloisiens. 

Mais Patrick Balkany n'a pas dit son dernier mot. Il assure qu'il pourrait être de nouveau candidat pour assurer sa succession et ce malgré sa condamnation. En attendant son jugement en appel, sa peine de 10 ans d'inéligibilité n'est pas applicable.

Juliette Andrieux, avec Mélanie Rostagnat