BFMTV

Investiture LaREM pour les municipales à Paris: Mounir Mahjoubi se désiste et rallie Cédric Villani

Mounir Mahjoubi est candidat à la mairie de Paris.

Mounir Mahjoubi est candidat à la mairie de Paris. - BFM Paris

À moins d'une semaine de l'audition des impétrants par la commission nationale d'investiture de LaREM, l'ancien secrétaire d'État au Numérique annonce dans Le Parisien qu'il soutiendra la candidature du mathématicien.

C'est un sérieux camouflet pour Benjamin Griveaux, favori pour l'investiture La République en marche pour les élections municipales à Paris. Dans un entretien accordé au Parisien, Mounir Mahjoubi annonce qu'il se retire de la course et qu'il soutiendra la candidature de Cédric Villani. Une information confirmée auprès de BFMTV par l'intéressé. Et ce à moins d'une semaine de l'audition, par la commission nationale d'investiture (CNI) de LaREM, des impétrants du parti à la mairie de la capitale. 

"Avec Cédric Villani nous avons décidé d’aller ensemble devant la CNI avec lui comme candidat. Je connais Cédric depuis très longtemps. Ces derniers mois, à l'occasion de la campagne pour les élections municipales, on a eu l'occasion de se rapprocher, de formuler des propositions qui étaient très souvent convergentes", déclare l'ex-candidat.

"Écoprogressisme"

L'ex-secrétaire d'État en charge du Numérique a donné un nom à cet "ensemble de propositions": "l'écoprogressisme".

"C'est le seul projet qui peut nous permettre de battre Anne Hidalgo. Comme on porte les mêmes valeurs, il ne fallait pas gâcher les choses et être capable de les faire entendre le plus fort possible."

Mounir Mahjoubi avait quitté, en même temps que Benjamin Griveaux, le gouvernement d'Édouard Philippe afin de se consacrer à sa candidature. Avec une candidature en moins, la course des marcheurs pour prendre Paris ne compte plus que cinq participants, en sus de Griveaux et Villani: Anne Lebreton, Hugues Renson et Antonio Duarte.

"2017 is back"

Dans l'entourage de Cédric Villani, on confie être "très satisfaits". "Ça fait plusieurs semaines qu'ils sont en discussions (...) on va travailler ensemble, reprendre certaines de ses propositions", explique-t-on dans l'entourage du député-mathématicien. Son équipe mise sur un retour de l'esprit qu'il y a pu avoir pendant la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron: "Il faut rallier des écolos au centre droit (...) 2017 is back".

Du côté de Benjamin Griveaux, on minimise ce ralliement. "Mounir Mahjoubi a fait une bonne campagne mais il est sur la même ligne que Cédric Villani, c'est logique qu'il le rejoigne", veut-on croire. "Je rassemble large au delà de notre sensibilité, c'est ce qu'on attend d'un futur maire de Paris", assure le candidat à l'investiture LaRem. Dans son entourage, on tacle même ce ralliement vu comme "un aveu de stress et d'angoisse".

Dans une enquête BVA publiée dans La Tribune le 21 juin, Benjamin Griveaux et Cédric Villani étaient tous deux crédités de 25% des intentions de vote en cas d'adoubement par la CNI. Ils devançaient les autres postulants de quelques points.

Jules Pecnard et Elisa Bertholomey