BFMTV

Hénin-Beaumont: Briois n'exclut pas "une union avec les gens sincères de l'UMP"

Steeve Briois, le secrétaire général du Front national, ne se soucie guère du sondage qui le donne gagnant à Hénin-Beaumont.

Steeve Briois, le secrétaire général du Front national, ne se soucie guère du sondage qui le donne gagnant à Hénin-Beaumont. - -

Le secrétaire général du Front national a réagi, sur BFMTV.com, au récent sondage qui le donne gagnant aux élections municipales d'Hénin-Beaumont. Mais aussi aux attaques de certains membres du PS, qu'il juge "pathétique". Entretien.

Habitué à moquer les sondages qui, selon lui, sous-estiment régulièrement les résultats du FN dans le Pas-de-Calais, Steeve Briois est revenu sur l'enquête parue ce mardi 18 février, le donnant gagnant à Hénin-Beaumont. Le secrétaire général du parti a également évoqué une possible union entre des listes UMP et FN, de manière isolée, lors des prochaines élections municipales.

Vous dites régulièrement que les sondages se trompent vous concernant. C’est encore le cas ?

Je l’ai déjà dit: les sondeurs n’arrivent pas à interpréter le vote Front national, pour je ne sais quelle raison. De toute façon, les sondages, ce n’est pas ma tasse de thé, je n’y crois pas vraiment. Je m’intéresse surtout aux résultats des urnes: je pense aux cantonales de 2011, et aux législatives de 2012, où l’on avait obtenu respectivement 52% et 55% des voix.

Vous allez présenter votre liste jeudi prochain, faut-il s’attendre à des surprises?

Non, pas spécialement. Maryse Poulain sera bien à la deuxième place, Laurent Brice à la troisième, etc. Marine Le Pen, elle, figurera bien sûr la liste, à une place symbolique puisqu’elle s’est engagée à ne pas cumuler les mandats (Ndlr: la présidente du FN se présente aux élections européennes).

Le FN s’attire régulièrement les foudres de responsables socialistes, notamment ceux de la Gauche forte

Qu’un parti ultra majoritaire, qui possède tous les pouvoirs, s’en prenne à un parti d’opposition, cela devient pathétique. Les socialistes feraient mieux de s’occuper du chômage, et des différents soucis de la France. Le problème, c’est qu’ils en sont incapables. Ces attaques visant une formation politique adverse sont tristes pour la démocratie et pour la République.

40% des sympathisants UMP souhaiteraient des alliances avec le FN. Y êtes-vous favorable?

C’est vrai qu’il existe une distorsion entre la base des militants et sympathisants de l’UMP, qui souhaite des alliances, et les dirigeants du parti. Par pur ostracisme, ces derniers appellent régulièrement à faire battre le Front national, notamment dans le Pas-de-Calais. Mais je pense que certains maires, par exemple dans le sud-est, passeront outre les consignes. Personnellement, je ne suis pas favorable à une union avec un parti ayant contribué à la faillite de la France. Mais il y a des gens sincères à l’UMP. Dans leurs cas, on peut envisager une union, sérieuse, pas "à la sauvette".

Le FN peine-t-il toujours à remplir ses listes pour les municipales?

Le chiffre de 330 listes bouclées sorti récemment est loin de la réalité, dans la mesure où dans beaucoup de cas, il manque seulement un ou deux candidats. Il nous reste trois semaines, et nous présenterons comme prévu entre 450 et 500 listes aux municipales.

Yann Duvert