BFMTV

Européennes: Le Pen n'a "aucune inquiétude" sur la constitution d'un groupe

Marine Le Pen donne une conférence de presse à Bruxelles, le 28 mai 2014.

Marine Le Pen donne une conférence de presse à Bruxelles, le 28 mai 2014. - -

Après son triomphe aux européennes en France, la présidente du Front national (FN), Marine Le Pen souhaite concrétiser son succès à Bruxelles en prenant la tête de ceux qui rêvent d'en finir avec l'UE. Son premier objectif: constituer un groupe au Parlement européen.

"Nous n'avons aucune inquiétude sur l'existence future de notre groupe" au Parlement européen, a déclaré la présidente du Front National Marine Le Pen, mercredi, lors d'une courte conférence de presse au Parlement européen de Bruxelles.

La présidente du parti d'extrême droite était entourée du leader du PVV néerlandais, Geert Wilders, des responsables du FPÖ autrichien, de la Ligue du Nord italienne et du Vlaams Belang belge.

Arborant un large sourire, Marine Le Pen s'est félicitée du score "absolument historique" du FN lors du scrutin du 25 mai (24,85% des voix).

Avec qui peut-elle s'allier?

Mais si le FN est assuré de trouver le nombre d'élus nécessaires pour former un groupe au Parlement européen (à lui seul il en compte 24) il risque de lui manquer deux nationalités. Il faut en effet disposer d'au moins 25 députés issus d'au moins 7 Etats.

Marine Le Pen a reconnu qu'ils n'étaient pour l'instant que cinq Etats. Actuellement, elle peut compter sur ses alliés du PVV néerlandais (4 élus), du FPÖ autrichien (4) et du VB belge (1). Elle a également reçu le soutien du parti autonomiste et xénophobe italien de la Ligue du Nord (5 députés).

Mais "c'est une base extrêmement solide de 38 députés", a-t-elle dit. Elle a affirmé que les "combinaisons possibles étaient considérables". "Le nombre des opportunités nous rendent extrêmement optimistes".

Elle a aussi souligné que d'autres formations voulaient constituer un groupe, sans citer dans un premier temps le chef de l'Ukip europhobe de Nigel Farage. "Le principe même d'une négociation exige de la discrétion", a-t-elle dit. "Je suis désolée Nigel, mais nous allons constituer notre groupe", a-t-elle lancé.

"Je suis très confiant dans le fait que dans les prochaines semaines nous serons capables de regrouper sept partis", a pour sa part assuré Geert Wilders.

V.R. avec AFP