BFMTV

EDITO - "Le mouvement des gilets jaunes risque de mourir de cette variété qui aujourd'hui fait sa force"

Quelque 124.000 gilets jaunes protestent ce samedi dans toute la France contre la hausse des taxes sur le carburant et la baisse du pouvoir d'achat, au sein de 2000 rassemblements sous tension. Une analyse de notre éditorialiste politique Christophe Barbier.

La situation des gilets jaunes, qui manifestent ce samedi dans toute la France contre la hausse des prix des carburants, est dangereuse, estime Christophe Barbier: "Elle n’est pas centralisée, pas organisée, elle est émiettée, imprévisible. Où mettre les forces de l’ordre?" Le chiffre même de 124.000 manifestants, avancé par l’Intérieur, est sujet à caution: "Comment arriver à compter correctement dans le cas présent?"

"On voit mal comment il pourra s'inscrire dans la durée"

"C’est un mouvement qui connaît son échec par son succès, analyse Christophe Barbier. 2 000 points de rassemblement, c’est beaucoup. C'est aussi un succès par sa variété sociologique. Vous avez des corporations très différentes: VTC, agriculteurs, motards, automobilistes retraités… Les gilets jaunes sont parvenus à donner une identité à la France des territoires, loin des métropoles."

"Mais ce succès a une rançon, ajoute encore Christophe Barbier. Il n’y a pas d’organisation, pas de tête. On voit mal comment il pourra s’inscrire dans la durée, se structurer et devenir un mouvement qui aura une force politique et une unité idéologique". Et de conclure: "Il risque de mourir de cette variété qui aujourd’hui, fait sa force."

Marine Jeannin