BFMTV

EDITO - Hollande et la cartouche du remaniement

Jean-François Achilli, directeur de la rédaction de RMC et éditorialiste RMC/BFMTV

Jean-François Achilli, directeur de la rédaction de RMC et éditorialiste RMC/BFMTV - -

Tous les regards sont tournés vers l’Elysée. Ce matin, Conseil des ministres. Les Français attendent un rebond. François Hollande peut-il remanier au détour de l’été?

Il peut le faire. L’option est clairement sur la table, et il y a une fenêtre de tir idéale: ce pourrait être juste après le Conseil Européen des 27 et 28 juin, qui dessinera les trajectoires économiques des différents pays membres, et les niveaux de leurs déficits. Nous serons alors à un mois du Congrès de Versailles. Selon un haut responsable socialiste hier, la séquence des 3% sera close, et François Hollande pourra passer à une phase plus offensive, afin de préparer la rentrée budgétaire. Et surtout l’année électorale à venir.

Le chef de l'Etat n'en parle jamais?

C’est la prérogative du président, il est le seul face à cette éventuelle décision. "Il fera tout pour ne pas avoir à le faire", explique l’un de ses proches soutiens. Parce ce que c’est "one shot", une seule cartouche, qu’il ne faut pas gaspiller. Le président n’agira que si la situation se détériore un peu plus: une rechute brutale dans les sondages, une panne institutionnelle. François Hollande, comme l’a fait son prédécesseur, devrait conserver son Premier ministre et se contenter de changer certains ministres, pour constituer un "gouvernement de combat".

Des noms circulent déjà, mais certains scenarii posent problème...

La maison Bercy préoccupe François Hollande: Pierre Moscovici, rincé par l’affaire Cahuzac, lorgne sur le quai d’Orsay. Mais que faire alors de Laurent Fabius, qui a déjà piloté le ministère de l’Economie, quinze ans après Matignon? Le chef de l’Etat aurait la possibilité de nommer Louis Gallois, mais l’ancien PDG d’EADS ne serait pas tenté par l’aventure. Autre nom cité, celui de Bertrand Delanoë, cette fois pour la Justice, ce qui poserait un problème à Anne Hidalgo, qui serait nommée maire de Paris avant les municipales.

L'idée d'un gouvernement resserré fait son chemin?

Oui, mais vous virez quel portefeuille? Les handicapés, les DOM-TOM, les anciens combattants ? Derrière chaque ministère, il y a des réseaux. La création de postes de secrétaires d’Etat a été évoquée. Ce qui, au final, reviendrait au même en termes d’effectifs.

François Hollande réfléchit. Comment va-t-il fêter sa première année de présidence?

Il réunira lundi ses ministres en séminaire de travail à l’Elysée. "Chacun dressera le bilan de ses activités. L’idée est que nous sommes au boulot, comme tous les jours depuis un an", décrypte Pierre-René Lemas. "Ce ne sera pas ludique, vu la situation. Mais nous ne ferons pas dans l’auto-flagellation", prévient le secrétaire général de l’Elysée. Les ministres eux s’interrogent: "nous vivons en nous demandant si nous serons encore là le mois prochain", avoue l’un d’eux. Tout ce petit monde sera fixé assez rapidement.

Ecoutez ici les Coulisses de la Politique de Jean-François Achilli de ce jeudi 2 mai.

||| Jean-François Achilli

Directeur de la rédaction de RMC et éditorialiste RMC/BFMTV

Il intègre la rédaction de France Inter en 1998, puis le service politique en 2000, dont il prend la direction en septembre 2008. Il rejoint RMC en décembre 2012 comme directeur de la rédaction et éditorialiste RMC/BFMTV.

>> Suivez-le sur Twitter @jfachilli