BFMTV

DSK toujours poursuivi pour crimes sexuels : et maintenant ?

Prochaine audience le 18 juillet dans l'affaire DSK...

Prochaine audience le 18 juillet dans l'affaire DSK... - -

L'affaire DSK n'est pas finie. « L'enquête se poursuit », a annoncé le procureur après sa rencontre ce mercredi avec les avocats de Dominique Strauss-Kahn. Mais le procès pour viol auquel l'ex-patron du FMI semblait promis semble peu probable...

Le procureur de Manhattan a annoncé hier mercredi le maintien des poursuites pour crimes sexuels contre Dominique Strauss-Kahn, après une réunion avec les avocats de l'ex-patron du FMI. Ces derniers, Benjamin Brafman et William Taylor ont qualifié la réunion de "constructive", à leur sortie du tribunal.

Les 3 choix possibles du procureur

DSK est donc toujours formellement poursuivi pour crimes sexuels à la suite des accusations de Nafissatou Diallo. Mais depuis la révélation de mensonges formulés sous serment par l'accusatrice, le procès pour viol auquel Strauss-Kahn semblait promis est malgré tout devenu improbable. Prochaine audience le 18 juillet. Le procureur a désormais trois choix : maintenir les sept chefs d'inculpation et aller au procès avec un fort risque de le perdre, continuer la procédure en abandonnant les charges les plus graves (à condition que l'accusé plaide coupable des charges restantes), ou abandonner toutes les poursuites.

Le procureur refuse de se retirer

Mais ces dernières heures, l'avocat de Nafissatou Diallo a sonné la charge : Me Thompson a demandé que le procureur de New York, Cyrus Vance Jr, se dessaisisse du dossier et soit remplacé par un procureur spécial, l’accusant d'avoir laissé filtrer des informations préjudiciables à sa cliente. Jugeant cette demande "totalement sans fondement", le procureur l’a refusée.

« Dans cette affaire, sexisme et statut économique jouent un rôle »

Une association de défense de la communauté noire avait également demandé hier que le procureur de Manhattan soit dessaisi du dossier Strauss-Kahn, l'accusant de participer à « une campagne de diffamation » de la victime présumée de l'ancien patron du FMI.
Noël Leader, un des représentants de cette association, craint un abandon des poursuites : « Je ne sais pas pourquoi mais je sais que dans cette affaire, la rage joue un rôle, le sexisme joue un rôle, le statut économique joue un rôle. Nous ne savons pas pourquoi le procureur ne va pas jusqu’au bout, il devrait continuer et poursuivre Dominique Strauss-Kahn ».

La Rédaction, avec A. Manoli (envoyée spéciale à New-York)